Un mois au Cambodge: petit bilan!

Bilan Cambodge

Cet été, c’est au Cambodge que nous avons voulu vous faire voyager (et c’est avec grand plaisir que nous avons repris les récits de voyage du tour du monde par ce beau petit pays d’Asie du Sud-Est). De la frontière laotienne jusqu’à Siem Reap, puis de la capitale jusque dans les îles du sud, le Cambodge fut pour nous une bonne surprise! Quel budget avons-nous dépensé pour voyager un mois au Cambodge? Quels sont nos coups de coeur, nos flops, nos meilleurs souvenirs? Réponse dans cet article!

Un mois au Cambodge

L’arrivée par le Laos

Après avoir parcouru les Etats-Unis, la Thaïlande et le Laos, c’est par le Cambodge que nous avons continué nos aventures. C’est donc le quatrième pays de notre tour du monde. A la base, nous avions prévu d’y rester trois semaines. Mais c’est finalement jusqu’à la date de fin de validité du visa (soit un mois) que nous sommes restés. Parce qu’au Cambodge, on s’est senti bien, et on est même frustré de ne pas avoir eu le temps de visiter plus d’endroits.

Le pays nous a marqué – et ce fut le cas dès le passage de la frontière entre le Laos et le Cambodge. Il faut dire que cette frontière n’a pas bonne réputation: la corruption est le mot d’ordre pour passer d’un pays à l’autre… Beaucoup de touristes tentent de contourner cette étape et ce fut également notre cas. Le passage de la frontière s’est fait en bus pour nous, mais nous avons dû payer des taxes pour la sortie du premier pays (2$ par personne), et l’entrée dans le second (5$ chacun, ce qui peut paraître peu, mais c’est totalement interdit!). Nous sommes heureusement passés outre le remplissage des papiers pour les “vaccins” qu’ils veulent également vous faire payer si vous n’avez pas votre carnet de vaccination sur vous. On ne rentrera pas dans les détails car nous voulons tout simplement oublier cette histoire, mais pour faire simple: nous avons passé plusieurs heures au poste frontalier avec d’autres voyageurs afin de négocier les taxes d’entrée sur le territoire et ainsi lutter contre la corruption. Mais le bus ne nous a pas attendu et est finalement parti sans nous (nos sacs, eux, ont été gentiment balancés sur un parking). Sympa, l’ambiance!

L’accueil et la langue

La première ville de notre périple cambodgien fut Kratie. On l’a adorée, mais difficile de trouver dans ses alentours un endroit où manger sans que l’accueil ne nous soit tout simplement refusé. On n’a pas compris pourquoi le premier jour. On se baladait à moto, et dès qu’on voyait de quoi s’arrêter pour manger, personne ne voulait nous servir! On a compris pourquoi ensuite quand on a goûté la première noodle soup du pays: c’était INFECTE! Heureusement, nous avons vite repris goût à la nourriture à Siem Reap où prolifèrent un très grand nombre de restaurants.

Les cambodgiens – tout comme les thaïs ou les laotiens – sont d’une gentillesse extrême. Si la langue khmère est très compliquée pour nous à apprendre, la communication a tout de même été très facile: à Siem Reap, nombreux sont les cambodgiens qui parlent anglais ou français. Le riel est leur monnaie de base, ils utilisent désormais plus couramment le dollar. Et avec quelques dollars, on peut manger à sa faim, dormir et se faire plaisir!

Les fêtes de fin d’année au Cambodge

Nous étions au Cambodge de mi-décembre à mi-janvier. Une période parfaite pour visiter le pays: chaud mais pas trop! Nous avons donc passé les fêtes de fin d’année loin de nos familles et nos amis, mais tout de même bien entourés. Siem Reap est une ville extra pour fêter Noël car elle compte un bon nombre d’expatriés, et les locaux décorent les rues et les commerces. Attention à bien réserver son hôtel durant cette période car tout est vite parti! Premier Noël au soleil pour nous: la visite des temples d’Angkor à 5h du matin le 24 Décembre, et puis baignade l’après-midi! Pépères, les Trek’n’Co!

Elise dans la piscine de l'hôtel

Pour le nouvel an, c’est avec nos amis voyageurs Fidy et Séverine que nous avons passé la première partie de la soirée. Puis nous avons fait la fête dans les rues de Siem reap avec les locaux! Les rues étaient bondées, il y avait de la musique absolument partout, un feu d’artifice et des batailles d’eau (ou de bière) à gogo. De quoi finir l’année en beauté dans une belle ville avec des gens formidables.

Tops & Flops

On a aimé : les gens, adorables et bienveillants ; prendre un cours de cuisine khmère ; passer une semaine sur une île à ne strictement rien faire à part regarder les poissons, manger et mater des couchers de soleil ; visiter et canarder de photos les temple d’Angkor ; tester le bambou train à Battambang tels de grands enfants ; se perdre dans les alentours de Kratie et visiter des petits temples perdus au milieu de nulle part* ; l’audioguide du musée du génocide à Phnom Penh**.

*/** On ne vous a pas parlé de Kratie ni de Phnom Penh jusque-là, tout simplement parce que nous n’avions pas grand chose à dire sur ces deux villes. Kratie est la première ville du Cambodge où nous sommes arrivés. Le marché y est très sympathique! Notre coup de cœur: le temple Phnom Sombok situé en pleine forêt (quelques centaines de marche à gravir, et vous y serez!).
Phnom Penh ne nous a rien laissé de palpitant comme souvenir à part la visite de la prison du génocide Tuol Sleng. Il faut prévoir une demi-journée entière pour la visite avec audioguide (indispensable). Le parcours est glaçant et parsemé de témoignages de la vie des prisonniers – du moins ceux qui ont survécu.

On n’a pas aimé : le passage de la frontière Laos – Cambodge (comme cité plus haut), les touristes à Angkor (trop nombreux, trop irrespectueux) ; l’utilisation des enfants sur les gros sites touristiques comme ramasseurs de billets ; le curry à la citronnelle (une horreur), la street food en général. Le Cambodge est sans doute le pays où nous avons le plus craqué pour satisfaire nos envies de nourriture européenne.
En fait on ne va pas traînasser sur ce que nous n’avons pas aimé dans ce pays, car c’est trop peu de choses, en réalité. On a tout aimé au Cambodge, pour nous toutes les villes visitées se valent et sont forcément à voir, alors on ne peut que vous conseiller d’y passer du temps!

Le budget

Le graphique ci-dessus représente la totalité de nos dépenses. Le budget est calculé pour deux personnes. Voici ce que contiennent en détail les catégories représentées:

Transports: les transports de transit, les taxis, tuk-tuk et bus de villes, la location de vélos et scooters, l’essence.
Divers: les laveries, les cartes sim, et des courses diverses.
Logement: les guesthouses et les hôtels.
Loisirs: les activités payantes, les musées, les soirées (sorties au bar, etc…), un massage…
Matériel: un short pour Nico, une carte SD.
Miamtoute la nourriture, du petit-déjeuner au dîner.
Souvenirs: deux hamacs!

Notre budget prévisionnel était de 1500€ pour deux pour trois semaines au Cambodge. C’est finalement le budget que nous avons dépensé en un mois! Le graphique est en dollars (en 2016, 1$ = 0.95€). En tout, nous avons dépensé 1552,83$ soit 1475,18€. Ne sont pas compris dans ce budget: le repas de Noël, pris dans un très bon restaurant français pour notre plus grand plaisir, ainsi que les quatre nuits d’hôtel à Angkor (18$ par nuit, notre cadeau de Noël à nous-même, un budget bien plus élevé que le prix qu’on peut trouver sur le marché). C’est donc avec moins de 50€ par personne par jour que nous avons dormi, mangé et profité!

Comme à notre habitude, nous n’avons pas lésiné sur notre budget Miam: c’est encore la plus grosse part du budget et ça se comprend: nous avons abusé de nourriture à l’européenne puisque nous n’aimions pas la street food locale. Donc beaucoup de restos qui auraient pu être évités. Si c’était à refaire, on irait plus régulièrement manger sur les marchés comme nous l’avons fait à Kep (ce qui ne coûte absolument rien: 2$ pour du riz à la banane, un jus de canne à sucre et quatre viennoiseries…).

Un petit montage de que nous avons pu déguster au Cambodge:

Cambodge_food

Nous avons pris peu de transports mais ceux-ci coûtent plus cher que n’importe quoi d’autre au Cambodge.

Au Cambodge, on se loge pour 5 à 6$ par nuit à 2.

En ce qui concerne les loisirs, ils sont aussi élevés que les transports et le logement car ils constituent une part importante de notre voyage: la visite des temples d’Angkor coûte cher, et tous les temples sont payants au Cambodge. On s’est aussi fait plaisir: après plus de quatre mois de voyage et les fêtes de fin d’année approchant, nous nous sommes un peu “lâchés” et avons même eu l’idée d’ajouter un pays à notre périple: c’est au Cambodge que nous avons pris un vol direction Singapour, une étape de plus dans notre tour du monde!

Nos coups de coeur

  • Koh Tonsay

Notre île coup de cœur et sans doute la meilleure semaine passée au Cambodge, vivant en harmonie avec la nature, la mer et au rythme des familles qui y vivent six mois dans l’année!

Bateau et batelier Koh TonsayCliquez sur la photo pour lire l’article!

  • Beng Mealea

Le temple le plus atypique situé en pleine jungle qui selon nous vaut vraiment le détour! Mais nous avons adoré tous les temples d’Angkor en général.

Beng Mealea TempleCliquez sur la photo pour lire l’article!

  • Le Bokor

Un curieux endroit dans la province de Kampot que nous avons adoré découvrir! Il s’agit d’une zone d’urbex où se rendent de nombreux touristes et locaux. Un réel plaisir pour faire des photos, et un lieu qui sort un peu du commun!

Urbex BokorCliquez sur la photo pour lire l’article!

  • Battambang

On a adoré cette ville dynamique où il y a énormément de choses à faire aux alentours. Nous y avons passé cinq jours, et ce n’était pas assez!

Cliquez sur la photo pour lire l’article!

Toutes les photos du Cambodge sont sur notre galerie.

Le Cambodge fut pour nous un pays touchant et bouleversant. C’est le premier pays où nous avons ressenti beaucoup de détresse de la part des locaux, tout juste remis de l’un des plus grands génocides de l’Histoire. Si la ville de Phnom Penh est quasiment remise sur pieds, sachez qu’il y a à peine quarante ans, elle était entre les mains des khmères rouges, puis devint une ville fantôme. Tous les opposants au pouvoir ainsi que les personnes dites “lettrées” ont été emprisonnées, torturées et tuées. Et nombreux sont ceux qui souffrent encore aujourd’hui de cette guerre contre les khmers rouges: il est estimé que des millions de mines sont encore prêtes à exploser dans le pays – les enfants en sont les premières victimes.
Au Cambodge, les enfants sont souvent utilisés par leurs parents pour mendier ou vendre des souvenirs (notamment sur le site d’Angkor Wat). On a éprouvé de la peine pour la première fois depuis notre départ face à tous ces sourires qui luttent pour leur survie. Si ce pays est plein de ressources, magnifique à visiter, chargé d’histoire, vous en ressortirez ému, touché en plein cœur, on vous le garantit!

La vidéo:

4 thoughts on “Un mois au Cambodge: petit bilan!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *