Elephant Hill, grottes et rizières: quand le Guangxi a tout pour plaire !

Après trois semaines à sillonner le Yunnan, nous arrivons dans la province du Guangxi, au sud-est de la Chine. Nous l’avons parcouru en trois étapes: nous sommes d’abord passés de manière furtive dans la ville de Nanning, puis nous avons passé quatre jours à Guilin, très prisée par les touristes. Enfin, nous nous sommes rendus aux rizières de Longshen, qui sont très connues, au même titre que celles de Yuanyang où nous étions allés au tout début de notre voyage en Chine. On vous emmène avec nous !

Nanning: premier(s) raté(s) !

Si vous nous suivez, vous savez que nous étions à Kunming juste avant de nous rendre dans le Guangxi. Le matin du départ à Nanning, nous nous sommes levés très tôt pour avoir le temps de prendre un petit déj’ avant notre long trajet en train. Une fois à la gare, on nous annonce que nous nous sommes trompés ! Notre train est un train à grande vitesse, et il part de la nouvelle gare de Kunming, à presque une heure de taxi de là où nous sommes ! Nous n’avions plus le temps de nous y rendre… Heureusement, en Chine, même à la dernière minute, on peut échanger son ticket de train gratuitement pour le train suivant ! Notre temps de battement s’élargit: nous avons maintenant presque trois heures pour nous rendre à la bonne gare. On tente de prendre le taxi, mais tous refusent de mettre le compteur et souhaitent nous prendre au forfait. On essaie alors le métro avec les gros sacs à dos, mais nous sommes recalés à cause… de nos DEODORANTS ? Et ouais, en Chine, on ne prend pas le métro avec n’importe quoi dans son sac. L’opinel est passé crème (caché sous la powerbank), mais les déos, ça ne pardonne pas ! On fait quoi ? Ben on change de plan, on garde nos déos et retente le taxi. Ils sont tous catégoriques: ce sera au forfait, ou rien ! Où est passée notre karma, ce jour-là? Ça on aimerait bien le savoir ! Nous arrivons 45 minutes plus tard à la bonne gare. Comme dans toutes les gares du pays, contrôle de sécurité oblige (et là normalement les déos ne passeront pas). Juste devant nous, dans la file d’attente, un mec menotté et cagoulé tenu par deux policiers passe au détecteur. Euh… Il monte avec nous, celui-là ? Non parce que c’est pas très rassurant, quand même… Bon, la bonne nouvelle, c’est que les contrôleurs sont tellement occupés qu’on a réussi à faire passer les déos pour cette fois. Ouf, on va pouvoir sentir bon encore un petit peu… 

Cette première expérience à bord d’un TGV chinois fut très agréable, les sièges sont vachement plus confortables que ceux des trains précédents (en même temps, entre un siège incliné à 90° ou un siège qui équivaut à ceux de la Deutsche Bahn, y a pas photo…). On arrive à Nanning dans l’après-midi, mais nous n’y avons pas fait grand chose. Nous étions venus ici pour voir une grande collection de tambours de bronze, qui s’avère avoir été déplacée (il en reste quelques-uns au Nationalities Museum, mais rien de très foufou.

On a aussi testé le musée des sciences et des technologies qui était très intéressant. Ceux sont les seules activités que nous avons fait à Nanning! Il faut dire que la ville nous a paru quasiment déserte, on l’a trouvé vide aussi bien culturellement que démographiquement. On ne s’y est pas attardés plus que ça, et on a vite filé à Guilin !

 Guilin, la ville trop touristique

En arrivant sur les lieux, nous sommes accueillis par un orage tropical ! Si bien que les couloirs de notre guesthouse sont couverts d’humidité, tout ce qu’on aime ! Heureusement, la chambre était propre et sèche. On a passé un très bon séjour au This Old Place Int’l Youth Hostel. La guesthouse se trouve à proximité du lac Shanhu et des activités attractives de Guilin. Sur le lac Shanhu, on peut admirer les pagodes du soleil et de la lune qui s’illuminent à la tombée de la nuit, ainsi que le Crystal Glass bridge (pont de cristal). C’est une ville qu’on a bien aimé parce que c’est vivant et qu’il y a plein de choses à y faire (contrairement à Nanning). Chaque soir, ça bouge dans la rue Zhengyang animée d’un marché de nuit, et on peut y tester la nourriture de rue typique du Guangxi (noodles, huîtres, brochettes…). On y a mangé la meilleure soupe de nouilles de toute la Chine ! 

Elephant Hill

C’est à Guilin que l’on peut observer la célèbre colline en trompe d’éléphant (Elephant Hill, pour les intimes). On trouve que les chinois ont beaucoup d’imagination, quand on arrive sur les lieux, quand même… :

La vue de face

La vue derrière la trompe

Bon ok, il y a peut-être une légère ressemblance avec un éléphant… Ce point de vue se trouve à l’entrée du parc, et on peut aussi monter sur la colline et observer la ville de Guilin depuis son sommet. On y croise des tas de petits éléphants sculptés, des temples, des grottes… Il y a même un parc de statues étranges où on peut dire bonjour à Mickey Mouse. Nous avons passé un très bon moment sur la colline en trompe d’éléphant ! [Pour info, il faut prévoir une bonne matinée pour avoir le temps d’en profiter un maximum].

Reed Flute Cave

On trouve déjà des grottes sur Elephant Hill, mais elle n’ont pas grand chose à envier aux autres grottes de Guilin. Nous avons visité la Reed Flute Cave qui est vraiment magnifique. Cependant, encore une fois, le lieu a été transformé en véritable parc d’attraction, et ça a tendance a nous écœurer un peu… Ils ont fait de ce lieu naturel une véritable exploitation touristique: si vous avez la flemme de monter dix marches, vous pouvez prendre un petit train (payant) qui vous emmène aux pieds de l’entrée de la grotte. Puis, tout le monde se met en rang devant l’entrée, et attend patiemment que le groupe précédent finisse la visite, qui est obligatoirement guidée, en chinois. Bon, c’est pas qu’on est réticents aux visites guidées, mais là c’est trop pour nous. On a quand même profité de la grotte en s’éloignant du groupe dès que possible.

Diecai Hill

On s’est rendu sur dans deuxième colline (sous la pluie…): la Diecai Hill, qui offre de supers points de vue sur Guilin. Et attention, ça monte ! On commence par la grotte du vent parsemée de dessins sculptés dans la pierre, avant de tomber nez à nez avec une représentation d’un énorme bouddha généreux tout doré. Un joli petit lieu de recueillement en pleine nature !

On est montés encore pour atteindre le plus haut sommet de Diecai Hill, et enfin apercevoir Guilin dans toute sa splendeur: la ville est entourée de montagnes et longée par la rivière Li. Bien que la ville soit un peu dans les nuages, on a trouvé la vue magnifique !

Bon, c’est bien tout ça, mais après avoir observé la vue, il faut redescendre tout ce qu’on vient de monter ! Oh, mais attend, c’est quoi, ça ? Un TOBOGGAN ? Ils ont vraiment pensé à tout… 

Vous vous demandez si on a vraiment payé 20 yuans chacun pour descendre par là, et ben ouais, on l’a fait ! Et c’est franchement cool !

Le village traditionnel de Daxu

On décide un matin de s’éloigner un peu de la ville pour s’imprégner du Guangxi plus traditionnel. Le village de Daxu est un des rares a avoir conservé ses bâtiments en bois d’origine, datant de la dynastie Qin (pour situer, il a plus de 2000 ans !). Malgré ses petites ruelles authentiques, nous n’avons pas réussi a nous imprégner des lieux, tant le village est devenu touristique. On a quand même apprécier la visite, surtout celle de la plus vieille bâtisse du village. Le propriétaire est très sympa et se propose de faire la visite guidée des lieux, qu’il présente comme rustiques, mais suffisants.

Le long des bâtisses, on peut goûter aux petits poissons fris de la rivière Li, et dénicher des bibelots sur le marché. On a trouvé de vieilles éditions de Tintin qui étaient imprimés pour distraire les militaires chinois en tant de guerre !

Malgré l’aspect touristique, le village de Daxu nous a quand même bien plu, et nous avons terminé cette visite de Guilin et de ses alentours en beauté. Prochaine et dernière étape: les rizières !

Les rizières de Longshen

L’article est assez long, on vous l’accorde, mais on n’allait pas le terminer sans parler de ces rizières très prisées. Nous avons terminé notre tour du Guangxi, par ce qu’on espérait être le plus beau, mais on a vite déchanté.

Pour se rendre aux rizières de Longshen depuis Guilin, il faut prendre un premier bus jusqu’à Longshen qui nous dépose à un carrefour où l’on doit prendre un autre bus qui nous mène enfin au pied des rizières. A l’arrivée sur les lieux, c’est la brume qui nous accueille. Nous avons réservé une chambre d’hôtel avec vue sur le paysage, mais d’après les indications des habitants, il faut marcher plusieurs kilomètres à travers les différents villages qui bordent les rizières avant d’atteindre notre destination. Nous voilà donc obligés de faire le parcours à pieds, avec les sacs sur le dos, sur presque trois kilomètres. Et le chemin qui passe entre les rizières grimpe énormément ! On ne s’attendait pas du tout à être confrontés à une épreuve physique dès notre arrivée… Mais les paysages sont à couper le souffle, et cela suffit à nous motiver. Nous atteignons notre hôtel après une bonne heure de marche, et nous n’étions vraiment pas déçus des lieux: notre chambre est semblable à un petit chalet, avec vue sur les rizières.

Sympa, la vue, pour écrire un article, non ?

Souvenez-vous, on était tombés complètement sous le charme des rizières de Yuanyang. Ici, à Longshen, les rizières n’étaient pas en eau, elles étaient plutôt très sèches, plus abruptes aussi, et c’était aussi très impressionnant. Malheureusement, nous avons passé deux jours dans le brouillard total, impossible de photographier un lever ou un coucher de soleil sur le paysage, et on a passé une journée à mater des séries dans notre lit douillet (ben quoi, on a aussi profité de notre petit confort!).

Enfin si, on a quand même été faire un petit tour pour admirer la vue…

Notre tour du Guangxi s’achève, on s’excuse pour la longueur de l’article, mais on avait énormément de chose à partager avec vous, alors pourquoi se priver ? Pour les courageux qui auront lu jusque-là, la prochaine fois, on vous emmène voir le mont Hallelujah (oui, celui du film Avatar!).

Infos Pratiques
Logement:
A Nanning : 7 Days Inn, 105 yuans la nuit.
L’équivalent d’un Formule 1 chez nous.
A Guilin: This Old Place Int’l Youth Hostel, 76,50 yuans la nuit. 
Un guesthouse très sympa !
A Longshen: Jinmeige Hotel, 150 yuans la nuit avec vue sur les rizières.
Les chambres sont parfaites, mais le restaurant est cracra. Ils ont, à ce 
qu’il parait, des navettes pour venir nous chercher au bus… Ce qui évite 
de crapahuter dans les rizières à pieds avec les sacs.

Transports:
Train de Nanning à Guilin: 115 yuans/p.
Bus de Guilin à Daxu: entre 5 et 10 yuans/p.
Bus de Guilin à Longshen: 30 yuans/p.
Navette jusqu’au rizières, aller-retour: 30 yuans/p.

Activités:
A Nanning, les deux musées que nous avons fait sont gratuits !
Elephant Hill: 70 yuans/p.
Diecai Hill: 32 yuans/p. Toboggan: 20 yuans/p.
Reed Flute Cave: 110 yuans/p.
Vieille maison à Daxu: 10 yuans/p.
Le droit d’entrée aux rizières de Longshen est payant et coûte 95 yuans/p.
Le ticket est valable toute la durée du séjour, que vous restiez une journée ou trois jours.

 

 

 

5 thoughts on “Elephant Hill, grottes et rizières: quand le Guangxi a tout pour plaire !

  1. Somebody essentially lend a hand to make seriously posts I’d state.
    That is the very first time I frequented your web page and up to now?
    I amazed with the analysis you made to create this particular put up
    extraordinary. Great job!

  2. I think this is among the most important info for me. And i’m glad reading
    your article. But wanna remark on few general things, The site style is perfect, the articles is
    really great : D. Good job, cheers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *