Road Trip dans les parcs de l’Ouest américain (partie 1)

Ce titre évoque bien des choses: des rêves pour certains, des souvenirs pour d’autres. Qui n’a jamais imaginé vivre une vie de cow-boy au fin fond de l’Arizona, en van ou à dos de cheval? Bon, ceci dit, ça fait un peu cliché, mais nous avons bien vécu ce petit rêve durant quinze jours lors de notre premier mois de voyage en tour du monde. Après quelques jours à New York et un passage en Floride, c’est à Las Vegas que nous avons atterri, loué une voiture et sillonné les routes américaines. Un périple de 5000 kilomètres à travers les paysages parmi les plus beaux du monde… au cœur des parcs de l’Ouest américain.

Un passage aux Etats-Unis sans faire un road trip dans les parcs nationaux, c’est passer à côté d’une sacrée expérience! Équipés de notre bolide loué pour deux semaines (une Hyundai Accent), de notre Pass America The Beautiful (une carte qui permet de visiter la plupart des parcs à moindre coût) et de notre matériel de camping fraîchement acheté chez Wallmart (le Carrefour local), tout était prêt pour un road trip réussi! Et c’est à Las Vegas que début notre aventure. 

Retrouvez notre itinéraire dans notre article récap’ des lieux où camper au coeur des parcs

Las Vegas, notre point de départ

A faire une fois dans sa vie, cette ville nous a charmés. Si Nico la connaissait déjà, je ne m’attendais pas à réellement aimer une ville aussi excentrique. Pas très friands de casinos, mais quand même curieux de se balader à travers les gigantesques bâtiments thématisés, nous avions réservé une nuit à l’hôtel Excalibur (notre cadeau de PACS offert par notre famille et nos amis, merci tout le monde!).

Après une journée entière à parcourir le strip de casinos en casinos, à pied depuis notre hôtel, jusqu’à Downtown Las Vegas, on peut vous dire que la ville vaut vraiment le coût d’être visitée. D’abord, pour le folklore: Las Vegas est à elle seule une ville de légende. Qui n’a jamais dit “à 21 ans, je pourrai aller à Las Vegas me faire un big trip!” ? On ne s’est pas marié en mode driving ou sur le parquet de la chapelle d’Elvis, on a plutôt parcouru les bâtiments et admiré leur architecture. Tout est dans la démesure: tout paraît caricaturé, on se croirait un peu dans un parc d’attractions, et en réalité c’est tellement bien fait! Un sacré beau travail d’artiste derrière ! Une petite préférence pour le Paris, le Bellagio et le Vénitien. A Downtown, on a été accueilli dans une chouette ambiance: des petits groupes musicaux s’y produisent, des gens déguisés se baladent un peu partout (on a même vu les Kiss !). Un spectacle est projeté sur les écrans géants qui s’étendent sur le Fremont street experience. Nous avons aussi fait un peu de lèche-vitrine dans des boutiques sympas (la boutique Coca-Cola vaut le détour!). Bref, un démarrage en beauté.

Le Bellagio, Las Vegas

Grand Canyon

Nous prenons la route en direction de Grand Canyon que je pourrais résumer en un seul mot: I-M-M-E-N-S-I-T-É ! Pour se rendre au Grand Canyon, il faut choisir une direction, car tout ne peut pas se faire en une journée: le nord, ou bien le sud. C’est le sud que nous avons choisi, puisque dans les guides, il était noté que ce côté-ci du parc était moins prisé des touristes. Nous avons emprunté le sentier de Bright Angel Trailhead, par le parcours “touristique” du parc. Nous en avons fait une grande partie à pied, puis nous avons fini les derniers kilomètres en navette (gratuite, tous les quarts d’heure, et qui s’arrête à chaque point de vue). N’hésitez pas à vous rendre de l’autre côté du trail, à Yavapai Point pour visiter le musée de la géologie (tout petit mais très interactif).

Grand Canyon National Park

Glen Canyon

Après les paysages époustouflants de Grand Canyon, direction le pays des Navajos et la ville de Page, un point de repère pour se ravitailler en provisions et pour ceux qui le souhaitent, passer la nuit dans un motel. Nous, on a préféré faire du camping au bord du lac Powel. Autour de Page se trouve Glen Canyon, un immense parc aux facettes multiples: nous avons fait la visite guidée d’Antelope, un canyon aussi étrange que magnifique ayant été creusé par le vent et les tempêtes de sable. L’entrée du site coûte 20$ par personne et n’est pas comprise dans le Pass America. Vous devez aussi donner un genre de “droit d’entrée” aux Navajos, propriétaires du parc. On a adoré ces canyons, mais c’est malheureusement très touristique et la visite est assez courte (une heure et demi).  Sur votre route, ne pas oublier de passer par Horseshoe Bend : la vue est splendide, et c’est gratuit. C’était un rêve de voir ça: je m’étais réconciliée avec les vues en hauteur, mais cette fois-là, j’ai vraiment eu le vertige!

Antelope Canyon

Monument Valley

On quitte notre “Arizona dream” pour l’Utah, et c’est vers Monument Valley que nous nous dirigeons. Là encore, l’entrée du parc n’est pas comprise dans le Pass America car c’est à nouveau la propriété des Navajos. Elle coûte 20$ par voiture entrant dans le parc. Pendant trois bonnes heures, nous avons exploré les moindres recoins de ce site magnifique. Le parcours autour des “monuments” se fait en voiture principalement, vous pouvez vous arrêter à tout moment pour admirer un point de vue, revenir en arrière s’il y a trop de monde, et faire de jolies photos.

Monument Valley

White Sands

Cap vers le Nouveau-Mexique et la ville d’Albuquerque, en hommage à notre série préférée Breaking Bad. Honnêtement c’était un peu fou de se lancer à la conquête des lieux cultes de la série alors qu’à la base, Albuquerque n’était pas du tout sur notre chemin… Pourtant, il ne m’a suffi que d’un petit quart d’heure pour convaincre Nico de faire un “détour” (seulement huit heures de route…! Ça passe!). 

Albuquerque n’a rien d’exceptionnel. Nous sommes passés dans le quartier de Walter White (l’anti-héros dans la série). On a même vu sa maison! Mais on n’a pas osé s’approcher par peur d’être un peu trop intrusif. Les propriétaires doivent se sentir épiés, à force… Nous sommes aussi passés devant le Car Wash cultissime, sans oublier le célèbre fast food Los Pollos Hermanos (c’est d’ailleurs très bon!).  Evidemment, si vous ne connaissez pas Breaking Bad, tout cela doit vous paraître très flou. On vous conseille cette série, c’est un petit bijou!

Los Pollos Hermanos

Dans la série, Walter passe pas mal de temps à rouler dans le désert. Il faut dire que le Nouveau-Mexique est un Etat assez vaste et désertique par endroit, on se croirait parfois dans un western! D’ailleurs, certains panneaux sur la nationale sont couverts d’impacts de balles (merci la mafia mexicaine…). C’est glaçant, mais cela ne nous a pas arrêtés pour autant: nous nous sommes rendus dans le parc national de White Sands, dont le sable est si blanc qu’au soleil, il s’apparente à de la neige! Nous avons entamé un parcours de plusieurs heures: le Alkali Flat Trail (8 kilomètres). D’abord dans un brouillard perturbant, nous avons randonné non sans mal à travers les dunes, puis, lorsque ce dernier s’est levé, c’est sous une chaleur écrasante que nous avons bouclé la boucle. 

white sands marche
White sands
White Sands

Nous avons finalement passé peu de temps au Nouveau-Mexique, nous avons eu la chance de terminer notre court séjour devant un envol de montgolfières (on tombait pile poil le weekend du plus grand festival de vol en ballon du monde!). Pas de quoi donc en raconter des tonnes sur notre périple mais pour voir de belles choses, il suffit d’écouter notre cœur et de se donner les moyens d’y parvenir. Nous avons adoré cet endroit!

Zion National Park

Retour en Utah et suite de notre périple en voiture autour des parcs américains. Nous nous dirigeons vers Zion National Park où nous avons passé deux jours. Nous sommes arrivés en milieu d’après-midi par le Mount Carmel Highway. Un petit détour par l’office de tourisme, et nous prenons la ligne de bus qui emprunte la Zion Canyon scenic drive. Il y a différents arrêts possibles afin d’admirer quelques points de vue et lieux insolites du canyon. Nous avons beaucoup aimé The Grotto, mais ce que nous avons préféré, c’est la petite balade à travers la forêt: the riverside walk. Quelques kilomètres de promenade au bord de la rivière, puis nous arrivons au niveau de ce qui s’apparente à un cul de sac. La largeur de la rivière a triplé, cela semble être la fin de la balade pour nous, car impossible de passer de l’autre côté sans se mouiller les baskets. Sauf que nous voyons des gens revenir équipés de bâtons de marches et vêtements de pluie. On s’est demandé s’ils avaient réellement randonné dans le canyon, où s’ils s’étaient juste aventurés un peu au delà des sentiers battus. Il s’avère qu’un trek au cœur du canyons existe réellement à Zion: il s’agit des Narrows, un trek possible sur deux jours avec guide en bivouaquant à l’arrivée, et en repartant dans l’autre sens le lendemain: 70% du trek s’effectue les pieds dans l’eau. Et évidemment, on a voulu se laisser tenter par l’expérience… par nous-mêmes. 

La nuit commençait à tomber, alors nous avons quitté le sentier touristique et avons remis la rando au lendemain. Nous avons bivouaqué un peu à l’extérieur du parc, avec une vue imprenable sur Zion (la vidéo témoin juste ici). Le lendemain, on s’est levé aux aurores pour rejoindre la riverside walk et entamer notre trail jusqu’à… on ne sait même pas, en fait! Combien de temps ça allait nous prendre? Jusqu’où cela nous mènerait? Aurons-nous des difficultés à randonner les pieds mouillés? On savait dores et déjà qu’on n’irait pas jusqu’au bout et qu’au bout de quatre heures de marche, nous ferions demi-tour. 

Zion national park
Zion National Park
Randonnée Zion National Park

Le fond du canyon s’offrait à nous à cœur ouvert. Allez Zion, montre nous ce que tu as au fond de tes tripes! Et nous n’étions pas déçus du voyage… Nous avons marché entre les cailloux à l’aide d’un bâton trouvé dans la nature pour tâter le sol glissant. Je précise qu’on n’était pas du tout équipés pour! Nico avait des claquettes, et moi des petites baskets de ville. On avait de l’eau jusqu’aux chevilles, parfois même jusqu’aux genoux. La couleur de l’eau était parfois trouble à cause du courant, mais à profondeur restreinte, elle était translucide! Nous avons marché huit heure en tout. Nous étions si petits au milieu de ces roches immenses! On avait parfois l’impression qu’elles se refermeraient sur nous. Fort heureusement, la nature est sympa, et on est sorti indemne de cette “promenade de santé”… On ne dirait pas comme ça, mais marcher dans l’eau à contre courant, c’est carrément épuisant! Chaque pas est quasiment instable, il faut faire très attention car une blessure est vite arrivée. Pour nous, tout s’est très bien passé, on conseille à tous les randonneurs même amateurs de s’aventurer hors des sentiers battus, vous verrez, c’est un réel plaisir!

Voilà pour la première partie de cette aventure américaine en mode road trip dans l’Ouest américain. Rendez-vous ici pour lire la deuxième partie!

 

 Infos Pratiques

Camper dans les parcs américains, c’est possible:

Logements:
Las Vegas : l’Excalibur
Page, Lone rock37°0’59″N 111°32’43″W Camping avec WC, douche (froide!) en extérieur, emplacement tente et camping-car.
Muley point (à 1 heure de Monument Valley): 37°14’1″N 109°59’35″W Aire de bivouac avec quelques firepit sur les hauteurs.
Albuquerque : un motel dont on taira le nom 😀
Zion National park (à 20 minutes de l’entrée): 37°8’35″N 113°3’32″W Endroit choisi au hasard à la sortie du parc. Interdit aux feux de camp.
entre Zion et Brice Canyon : Crimson Hills Motel

Bons Plans:
Le Pass America: donne accès à de nombreux parcs gratuitement, valable pour une voiture complète (4 personnes), et pendant un an! Les parcs qui ne sont pas inclus sont ceux qui font partie du territoire des Navajos. 

 

One thought on “Road Trip dans les parcs de l’Ouest américain (partie 1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *