Dali, sa vieille ville, ses montagnes et son lac Erhaï

Nos aventures dans la province du Yunnan se poursuivent avec la visite de la vieille ville de Dali et ses alentours. Après les incroyables rizières de Yuanyang, nous voilà immergés au coeur du Yunnan authentique, avec ses montagnes, ses lacs et ses maisons aux rayures bleues-grises. Dali est une ville très touristique, surtout connue pour sa vieille ville qui est un peu surfaite, mais elle a quand même son petit charme ! On vous explique pourquoi dans cet article.

Avant toute chose, laissez moi vous raconter pourquoi, en repartant de Yuanyang, on a cru qu’on avait perdu nos sacs-à-dos à tout jamais. [Si ça ne vous intéresse pas, passez directement au paragraphe suivant!]

C’est l’histoire d’un chauffeur – que nous appellerons ici Bob. Après l’épisode de Jacky à Mui Né, voici notre nouvelle histoire!
Bob, c’est le chauffeur à qui a fait appel le propriétaire du Timeless Hostel à Yuanyang, pour nous emmener à la gare de Jianshui afin que nous prenions un train-couchettes jusqu’à Dali. À la base nous devions prendre un bus pour aller jusqu’à la gare, mais en déjeunant au Timeless, nous rencontrons Markus et Dominik, deux potes allemands qui vont au même endroit que nous, mais qui ont réservé un van privé à prix prohibitif. D’après nos calculs, nous ne gagnions pas notre temps en prenant le bus, donc nous réservons nos billets de train pour Dali et montons avec les allemands dans le van. Au bout de 20 minutes, Bob, qui ne parle pas un mot d’anglais, s’arrête en plein milieu d’un virage et nous fait signe de descendre. Dominik descend le premier sans vraiment réfléchir. Markus, Nico et moi hésitons. Pourquoi on doit descendre ? On ne va pas à Jianshui? Le chauffeur nous parle en langue de signes, on comprend qu’on doit descendre et qu’il reviendra nous chercher. Touts penauds, et pas très rassurés, nous descendons du van. Nico attrape notre petit sac-à-dos au passage (celui avec le pc et l’appareil photo dedans) et, ayant comme un mauvais pressentiment, il tente de faire une photo de la plaque d’immatriculation du van, en vain car celui ci démarre sur les chapeaux de roue.
Nous commençons donc à marcher… en se regardant chacun notre tour dans le blanc des yeux de l’autre. Nos bagages sont dans le van, j’ai laissé ma polaire avec des sous en liquide dedans, les allemands ont carrément laissé leurs passeports… on commence sérieusement à se demander si Bob n’était a pas un gros fake, et s’il ne serait pas parti sans nous, avec nos sacs-à-dos. Nous marchons jusqu’au premier village que nous trouvons, mais pas de van. Et c’est la que chaque personnalité se dévoile. Dominik, le plus détendu de nous quatre, sort son téléphone. Par chance, il a une carte sim locale et peut appeler le propriétaire du Timeless. Markus et Nico paraissent calme à l’extérieur, ils ne disent absolument rien, mais on sent que ça bouillonne en eux. Moi? Comment dire… ceux qui me connaissent le savent. Je commence à ruminer, à me faire des films, à me dire que ça y est, nos sacs-à-dos, nos fringues, nos souvenirs, nos maisons d’escargots sont déjà loin, et comment allons nous faire pour la suite ? Mon sac-à-dos c’est un peu comme mon compagnon de route. Je n’avais pas envie qu’il disparaisse. Je me met à pleurer un peu (j’avoue). Mais toujours le mot pour rassurer, Nico me rappelle que nous ne sommes pas les plus mal: nous, on a nos passeports, l’ordinateur, le reflex… Nos potes, eux, n’ont plus rien.
Markus arrive à contacter le propriétaire du Timeless, lui demande d’appeler Bob pour savoir ce qu’il se passe, et de le rappeler ensuite. Cinq minutes plus tard, il rappelle, et qu’est-ce qu’on aperçoit au loin, qui revient vers nous? Le van de Bob ! Dites moi que c’est un rêve ?
Il est finalement revenu nous chercher, nos sacs-à-dos sont toujours là, les sous dans ma polaire aussi… Bref. Tout est bien qui finit bien … Mais qu’est-il arrive à Bob alors ? En fait, Bob était seulement partit voir si, à la sortie de la ville de Xinjie, il n’y avait pas des contrôles de police
Alors on s’est posé la question : les chauffeur de van ont-ils le droit de transporter des touristes dans la zone de Yuanyang ? Cette question reste un mystère…
Nous arrivons finalement à la gare de Jianshui vers 14h. Une gare qui, contrairement à ce que nous avions espéré, se trouve à l’extérieur de la ville. Le train part à 19h30…
Heureusement, devant la gare, des petites dames vendent des nouilles instantanées et des gâteaux. On fait nos provisions pour la journée, Markus achète un gâteau de riz très bizarre, et nous passons l’après midi dans la gare ensemble à parler de tout et de rien (surtout de Bob…) et à jouer aux cartes.

Quelle aventure !

L’arrivée à Dali

Notre tout premier trajet en train-couchettes en direction de Dali se passe très bien. Les couchettes dures se présentent comme sur la photo ci-dessous: trois rangées de deux lits séparés par une petite table, et une fenêtre. Nous dormions sur les couchettes du haut, la meilleur place selon nous, puisqu’il y a un compartiments à nos pieds pour les sacs-à-dos. Sur le quai, nous rencontrons Eunice, originaire de Shanghai, qui parle très bien anglais et avec qui nous avons sympathisé. Elle a quitté son job pour voyager pendant 40 jours à travers l’Asie. Elle est journaliste, mais son rêve, c’est de publier des romans! On se rend compte qu’on a pas mal de points communs, elle et moi. Nous la retrouvons à l’arrivée à Dali. Nous nous installons dans la même guesthouse et passons le reste de la journée ensemble. 

 

La vieille ville

On disait en introduction que la vieille ville de Dali est surfaite. Explications: en fait, on a l’impression que la vieille ville est neuve… Tout les bâtiments ont été refaits, et les maisons ne font plus office d’habitation, mais de boutiques à souvenirs et de stands de nourriture en abondance ! Tout est orienté vers le tourisme. On trouve de tout: des magasins de thermos, des vendeurs de djembés, de costumes, de porte-clés… Des boutiques de thé et café du Yunnan, mais le plus impressionnant, ce sont ces nombreuses vitrines de bijoux en argent. Partout dans la vieille ville, on peut voir des “tailleurs de pierre” concevoir directement les bracelets qui seront ensuite vendus aux touristes. On trouve aussi énormément de friandises: brochettes de fruits, animaux en caramel, glaces, crêpes au fromage de lait de yak… Ce n’est pas pour nous déplaire: manger des desserts était devenu presque rare en voyage ! 

Bon c’est très touristique et très loin de ce qu’on recherche en voyage, mais nous avons surtout aimé Dali pour sa vie nocturne. Le soir, la vieille ville prend un tout autre visage, et ce ne sont plus seulement les touristes qui déambulent dans les rues: de jeunes chanteurs, équipés de leurs guitares et micros, s’installent dans les bars et passent la soirée à jouer des morceaux pour les gens comme nous venus boire un verre. Les habitants de Dali viennent aussi se détendre en famille et déguster le fameux “hot pot”, une soupe à composer soi-même. Il y a énormément de bars dans les rues piétonnes de Dali, et beaucoup sont cachés dans de tous petits passages. Il suffit de fouiner un peu 🙂 On a aussi été très étonné que la plupart des bars commercialisent des bières belges. Et oui, on a trouvé de la Lindemans Kriek, ici en Chine. En faisant quelques recherches, on s’est aperçu que le pays s’est offert une brasserie belge pour produire ses bières en local. On est ravis de retrouver nos favorites !

Le temple des trois pagodes

Un incontournable si vous passez par Dali ! Ce temple est immense, puisqu’il n’est pas seulement constitué de trois pagodes, mais d’une dizaines de temples formant une grande allée qui s’élève sur la montagne. Les jardins du temple sont magnifiques et très bien entretenus. Il faut prendre au moins deux bonnes heures pour apprécier pleinement la visite. Il est facilement accessible en bus, en taxi ou à pied. 

Le lac Erhaï 

Dali est situé au bord du célèbre lac Erhaï. Mais oubliez l’idée de vous y promener à pied: premièrement, ce n’est pas tout à fait aménagé pour, et deuxièmement, la superficie du lac s’étend sur 250 kilomètres, tout de même ! Vous trouverez facilement à Dali des tours organisés en voiturette pour vous rendre aux points phares du lac, ou sinon, vous pouvez faire comme nous ! En Chine, il est interdit aux étrangers de conduire des véhicules motorisés s’ils ne possèdent pas de permis local, mais on peut tout à fait louer des scooters ou des voitures électriques ! Il y en a partout à louer dans la ville de Dali, entre 30 & 80 yuans par jour, selon le modèle (pour les scooters uniquement, on ne s’est pas renseignés pour les voitures). Et nous voilà donc partis à la découverte du fameux lac Erhaï sur notre petit bolide ! On a pris un “big”, plus puissant, et surtout plus de place pour nos grosses fesses. 

Le lac Erhaï, on l’a trouvé… comment dire ? Bon c’est un lac, quoi… Et il y a peu d’aménagement pour en faire vraiment le tour. Il y a des travaux partout, et on a souvent du faire demi-tour, et trouver un autre chemin pour le voir de plus près. De plus, la météo n’était pas très clémente… On a quand même aperçu de belles choses sur la route, notamment ces magnifiques cerisiers en fleurs ! 

Notre petite virée à Dali se termine ici, on y a quand même passé trois jours pleins avant de prendre un train pour Lijiang. Dans l’ensemble on a bien aimé, bien qu’un peu déçus par le lac Erhaï. Dans le prochain article concernant la Chine, on vous parlera de l’un des plus beaux treks de ce voyage dans les gorges du saut du tigre ! 

 

Infos pratiques
Logement: Cause & Effect Guesthouse, 60 yuans la nuit.
Cet endroit est un coup de coeur !

Location d’un scooter électrique: 70 yuans.
Prix d’une bière belge: ~45 yuans.

Temple des trois pagodes: 120/p

Bonnes adresses:
* Elephant Cafe, pour se détendre…
* Harvest Restaurant, qui est en fait une boulangerie !
* Baldy’s Beer Garden, un restaurant belge au top !

2 thoughts on “Dali, sa vieille ville, ses montagnes et son lac Erhaï

  1. coucou..
    votre histoire que je viens de lire se termine bien et je suis heureuse de vous revoir en pleine forme sur ces dernières magnifiques photos
    je pense bien a vous.bonne route avec ce petit bolide…
    gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *