Mui Ne: entre coups de coeur et déceptions

Après presque une semaine passée à Da Lat, nous prenons un mini-bus qui nous emmène dans la petite station balnéaire de Mui Ne. L’attraction la plus connue, ce sont les dunes de sable rouge – ou Red Sands Dunes, et c’est surtout pour elles que nous nous sommes arrêtés ici. On a vite déchanté en voyant ce qu’ellesont devenues, mais Mui Ne réserve bien d’autres surprises…

Déception n°1

Nous sommes arrivés le 31 Janvier à Mui Ne, jour de l’anniversaire de Monsieur, et pour l’occasion j’avais réservé une nuit en tente face à la mer dans un resort. J’étais loin de m’imaginer que ce serait en fait un cadeau empoisonné. Ce fut tout simplement “l’hôtel” de la déception. On est arrivés à midi, mais le check-in est à 14h, donc ils nous demandent de patienter jusque-là, de boire un verre ou manger quelque chose en attendant. Comme l’hôtel est situé au milieu de nulle part, il n’y a pas d’autres choix que de consommer chez eux. On ne va pas reparler du Têt, mais il fait quand même toujours son petit effet: 10% en plus sur chaque plat et chaque boisson. Et puis quoi encore ? Bon tant pis, on jette notre dévolu sur le menu à 1$ (+taxe Têt). Menu-mon-oeil, en fait on n’a le droit qu’à un seul plat, ce plat contenant 4 pauvres spring rolls (surgelés). En effet, ça peut bien coûter 1$… A 13h50, on retourne à la réception en demandant si notre tente est prête. Ah non, il faut attendre 14h! Du coup, absolument tout le monde nous ignore jusque là. Au passage la plupart ont l’air complètement défoncés, comme les Russes avachis sur leurs transats entrain de se remettre de leur cuite de la veille… A 14h, une nana débarque de nulle part, nous tend un papier (et pas de stylo) où l’on doit renseigner notre nom prénom, âge, date de naissance, numéro de passeport, email (tu veux mon numéro de téléphone aussi ?)… Bref, Nico remplit tout ça en prenant soin de noter sa fameuse adresse mail bidon #lesblaguesdetoto@yopmail.com, puis un gars va nous montrer l’emplacement de notre tente, enf… ! “Ah mais attendez en fait, ça c’est votre tente, mais elle est pas encore prête, hein vous comprenez on a beaucoup de monde!” Non mais quoiiii? C’est du foutage de gueule, là! Je rumine, je râle, “l’effet Têt n’explique pas le manque d’incompétences!!!” – Nico: “euh ben là ils n’en manquent pas d’incompétences… – ” Ouais, c’est ce que je voulais dire. 

Coup de coeur n°1

Du coup, on décide de prendre nos clics et nos clacs et d’aller faire un tour en ville histoire de “changer d’air”. De toute façon, la tente, on n’y aurait pas vraiment mit les pieds tout de suite, c’est juste pour y dormir. On prend donc un bus local (un petit bus qui longe toute la côte) pour se rendre à Mui Ne. On se perd dans les petites ruelles, on longe le port, et on découvre pour la première fois les fameux bateaux en forme de coque, typiques des côtes vietnamiennes. Et puis on rencontre un pêcheur, très intéressé par mon appareil photo. Et c’est ainsi que Nico se retrouve en caleçon dans la mer avec une bouée jaune à tenir un filet de pêche pendant que le pêcheur s’assure au loin que je prends bien quelques clichés. Une magnifique rencontre qui a fini en apéro sur la plage, puis chez eux. La barrière de la langue n’empêche pas de passer des moments inoubliables.

Le soir, nous mangeons près du marché aux poissons de Mui Ne, puis nous attendons le bus pour rentrer au camping. Quand soudain, un chauffeur de moto-taxi nous aborde et nous propose de nous ramener pour le même prix que le bus (après négociation). À trois sur une moto avec nos deux gabarits ? Oui, oui c’est possible !

Entre temps, la tente avait été nettoyée (plus ou moins), on a pu sereinement trinquer en l’honneur de Monsieur, puis profiter de la plage pendant une petite balade nocturne. Tout est bien qui finit bien.

Déception n°2

Le lendemain, on se réveille avec le bruit des vagues. Tout est calme au camping, mais on décide de ne pas traîner et de vite changer d’endroit pour passer les prochaines nuits. On a réservé deux nuits un peu plus chères (je devais me rattraper pour le cadeau d’anniversaire, quand même). On reprend le petit bus local qui longe la côte, mais tout ne se passe pas aussi bien que la veille. Attention, backpackers, cette information est pour vous : il faut payer vos places dans le bus ET aussi payer pour vos bagages (même s’ils sont dans le coffre). Alors au début, on refuse. Le chauffeur ne discute même pas, il arrête son bus et nous demande de sortir. On refuse toujours, puis, voyant qu’il ne plaisantait pas, on demande le prix pour les sacs: on comprend que le chauffeur nous demande 40.000 pour deux, on paye ce prix à la dame qui vend les tickets, mais elle nous rend la monnaie, en disant au chauffeur qu’on ne veut pas payer. Son prix à elle: 50.000. On peine à se faire comprendre, les deux compères ne sont visiblement pas d’accord sur le tarif, le chauffeur s’énerve, arrête de nouveau son bus, on ne descend toujours pas mais ça commence à chauffer : c’est le monde à l’envers! On veut payer mais personne ne comprend, même une vietnamienne qui tente de nous expliquer en anglais qu’il faut payer pour nos sacs. Oui, ça on a bien compris, mais le prix ? C’est quoi le vrai prix ? Personne n’est d’accord sur ce putain de prix, et 40.000 on trouve que c’est déjà bien assez ! Au final, elle finit par tendre un billet à la vendeuse pour payer à notre place, cette dernière refuse, et nous ne payons pas de surplus pour les sacs. On n’a rien compris, et on sort de ce bus tendus comme des strings. Bon et ce nouvel hôtel, aussi pourri que le précédent ou pas ? Bon en fait pas du tout, l’hôtel est super sympa, (heureusement vu le prix) on se retrouve dans une chambre immense dans un environnement très charmant, juste à côté de la plage, mais dans un endroit très calme, donc parfait !

Déception n°3

Malheureusement à Mui Ne, toutes les ruelles qui mènent à la plage sont bouchées, on ne peut n’y rendre qu’en passant au travers des restos ou hôtels, qui refusent généralement de servir de lieu de passage. De plus, à marée haute, difficile de se trouver un bout de sable…
La plage de Mui Ne est réputée pour le sport nautique: elle est bondée de kitesurfers ! Cela ne laisse plus trop de place pour ceux qui veulent simplement étaler leur serviette… La baignade est assez dangereuse: beaucoup de vagues, et des kitesurfers qui ne maîtrisent pas tous leur engin… On a quand même piqué une tête, hein parce qu’on adore la mer, mais quand même, pas toujours rassurant de nager au milieu de tout ça.

Coup de coeur n°2

À Mui Ne, nous avons fait notre premier “tour organisé”. On s’explique : notre hôtel proposait un tour en jeep pour aller voir les dunes, le village flottant et le canyon des fées, tout ça en une matinée (une heure par activité). Vu qu’on avait un peu la flemme de chercher comment s’y rendre par nous même, on a réservé notre tour, avec un départ à 4h30 du matin pour voir le levé de soleil. Manque de bol, pas vraiment de soleil ce jour là mais plutôt des nuages… Quelques rayon ont quand même montré le bout de leur nez. 

Le tour en jeep c’est vraiment sympa, surtout qu’on était que tout les deux (on a lu que dans certains tours, des voyageurs se retrouvent à 10 dans la même voiture…). Même si notre chauffeur (on l’appellera Jacky ici) n’était pas des plus agréable, ça fait du bien de se faire promener.

En arrivant sur les dunes, Jacky ne nous emmène pas jusqu’au sommet. “Ah bon, pourquoi? Il a une jeep, ça sert à rouler dans le sable non?”. Non, en fait il laisse la possibilité aux loueurs de quad en bas des dunes de nous emmener, mais il faudra débourser 400.000 dongs supplémentaires… Tant pis, on marche même si ça nous fait un peu rager de ne pas pouvoir profiter de la vraie utilité de la jeep… Les dunes blanches – ou White Sands Dunes – sont magnifiques, on a quand même réussi à faire des clichés sympas malgré le manque de soleil. On ne regrette pas d’ s’être levés aux aurores !

Déception n°4

Après le levé de soleil sur le dunes, Jacky nous dépose dans le fameux désert rouge, l’attraction la plus connue de Mui Ne. Il annonce la couleur: “retour à la jeep dans une demie-heure”. -“Ah oui mais pourquoi ? C’est pas une heure par activité, normalement?” -“Ben on a dépassé d’un quart d’heure à l’autre, donc là le temps diminue…” OK ! Vite fait, bien fait on prend seulement quelques minutes pour observer ces dunes rouges: une grosse blague! C’est tout petit, et surtout, c’est au bord de la route, en face d’un énorme resort. Difficile de s’immerger et de se croire vraiment dans un désert… C’est tellement bondé de monde qu’on a plus l’impression d’être dans un parc d’attraction. 

Vendeuses de luges dans le désert rouge

Coup de coeur n°3

On remonte dans la jeep, et on se rend ensuite au marché aux poissons. On l’avait vu de nuit en mangeant un bout sur la côte, mais de jour il est encore plus impressionnant. Un incontournable si vous passez par Mui Ne!

Coup de coeur n°4

Enfin, Jacky nous dépose à notre dernière étape, l’une des plus attendue de ce tour : le canyon des fées – ou fairy stream canyon. Il nous met à nouveau en garde: “vous avez 45 minutes !” Comment ça ? On a à peine passé quinze minutes dans le désert rouge, et il nous gratte encore du temps ? Nous faisons “oui” de la tête, bien décidés à rester le temps qu’il nous plaira dans le canyon.

Ce spot, c’est le gros coup de coeur de ce séjour à Mui Ne. Le canyon des fées, c’est un canyon creusé par l’érosion dont l’eau qui s’écoule des roches se jette dans la mer à l’embouchure. Le trek se fait pieds nus, dans la rivière, en remontant le courant jusqu’à la cascade. Les couleurs du canyon nous ont ramené cinq mois en arrière, pendant notre road trip aux Etats-Unis. Tant de souvenirs, et tant de chemin parcouru depuis… Plus de la moitié de notre voyage est déjà derrière nous! 

Petit café dans la rivière

On aurait aimé aller encore plus loin dans le canyon, mais Jacky nous attendait de pied ferme. “J’avais dis 45 minutes ! Vous avez mis 1h15!”. Nico lui murmure un “sorry” à peine sincère, et Jacky s’exclame: “no sorry!” d’un ton pire que désagréable. Puis il remonte très énervé dans sa jeep. Il a roulé tellement vite qu’on est rentré à l’hôtel en moins de cinq minutes. J’ai expliqué la situation à l’arrivée, et le gérant m’a dit que c’était normal, parce qu’il avait un autre tour après… Ah ben désolé Jacky, on espère que tu n’étais pas trop en retard… (Si en fait, on espère même que les touristes se sont barrés sans toi mais chut, hein…).

Résultat, autant de coups de cœur que de déceptions, mais le bilan reste mitigé pour ce séjour à Mui Ne. On a bien aimé les activités à faire aux alentours, mais on pense sincèrement que ce n’est pas une étape indispensable… A vous de vous faire votre propre avis 😉

 

Infos pratiques

Logements:
Long Son Mui Ne Campground & Resort: 200.000 vnd la nuit en tente. On déconseille en haute saison.
Cocosands Hotel: presque 500.000 vnd la nuit. Cher, mais nécessaire!

Transports:
Bus local de Mui Ne: 16.000/p. Toutes les 20 minutes.

Tour en jeep: 20$ pour 2 personnes la demi-journée (de 4h30 à 9h ; de 9h à 13h ; ou de 13h à 17h.)

Bonnes adresses:
Huang Vi (à côté de Cocosands). Très bon restaurant. Le steak de poisson est à tombé!
Mughal House. Restaurant indien à tester absolument: on y a mangé deux fois, et on en rêve encore…

 

 

6 thoughts on “Mui Ne: entre coups de coeur et déceptions

  1. Pff, j’ai rien à vous envier, en Belgique aussi on a des dunes de sable et des cafés au bord de l’eau! :p
    Au final, coups de cœur ou déceptions, ce sont toujours des expériences qui vous donnent des anecdotes à raconter!
    Bisous :*

    1. Du coup, tu n’as pas besoin d’aller au bout du monde pour te divertir ! Lol

      Et oui, plein d’histoires à raconter qu’elles soient bonnes, drôles, un peu moins bonnes… C’est ça aussi le voyage ! Bisous

  2. quelle aventure pour ce 31 janvier
    les photos sont pourtant biens belles
    la dernière est extra et hop on s’envole……
    je vous envoie de grosses grosses bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *