Road trip en Andalousie #2: la belle Séville

Après avoir visité la ville de Tolède, nous continuons notre descente vers le sud de l’Espagne et arrivons à Séville sous un grand soleil! Séville, on en rêvait (même si Nico avait déjà parcouru l’Andalousie lors d’un voyage scolaire – et donc déjà vu Séville). C’est la ville que nous attendions le plus. Nous y avons passé deux jours (c’est insuffisant, mais ça permet de voir déjà pas mal de choses!). Dans cet article, on vous emmène avec nous à la découverte de cette magnifique cité. 

S É V I L L E est la capitale de sa province qui porte le même nom, mais c’est aussi le centre économique et culturel de l’Andalousie. Longtemps sous occupation, la ville aux influences chrétiennes a bénéficié des richesses artistiques et culturelles des troupes musulmanes. Entre modernisme et traditions, Séville est un endroit où il fait bon vivre car elle a su garder sa palette colorée et son authenticité. 

L’arrivée à Séville a d’abord débuté par l’acquisition de notre chambre en Airbnb. Éloignée du centre, dans la ville de Tomares nous découvrons une chambre en sous-sol, avec salon et salle de bain privés. Il n’y avait pas de fenêtre, et la déco était très vieillotte. On a connu mieux en termes d’appartement chaleureux, mais c’est juste pour y dormir, hein… Le métro se trouvait à une dizaine de minutes à pied. Nous avons pu rejoindre le centre-ville depuis la station San Juan Alto.

Plaza de España

Même si la journée était déjà bien entamée, nous nous sommes tout de suite dirigés vers la plaza de España. Malgré le monde, le charme a tout de suite opéré: au soleil couchant, les bâtiments en arc de cercle qui entourent cette place donnent l’impression de briller. Sa construction est plutôt récente (1929) et rend hommage aux anciennes colonies espagnoles qui sont alors considérées comme bienvenues à Séville. Elle est parcourue par un canal sur lequel on peut s’adonner en bon touriste à une balade en bateau. Si nous avons préféré éviter cet attrape-touriste, nous avons contemplé la place jusqu’à la tombée de la nuit. Nous l’avons trouvé incroyable et très inspirante pour les photographes en herbe que nous sommes.

La nuit tombe sur Séville. Nous savons qu’il est encore un peu tôt pour dîner (les espagnols mangent plus tard que nous, plutôt vers 22h, et c’est encore pire en Andalousie), pourtant, nous nous mettons en quête d’un bar à tapas conseillé par une amie. Si nous n’avions pas été très convaincus par la nourriture à Tolède (d’ailleurs, nous n’en avons même pas parlé dans l’article, ça n’en valait pas la peine), on comptait bien se rattraper ici à Séville et se faire un vrai festin!Nous avons traversé une rue assez touristique mais très jolie de nuit bordée par des maisons coloniales (calle Aguilas) pour rejoindre le bar à tapas Los Coloniales. Pour s’assurer une place à table, mieux vaut réserver, sinon, comme nous, vous attendrez votre tour pour manger. Ce fut un vrai régal de goûter à nos premiers plats typiques andalous: jambon de la région, fromage, pomme de terres et bœuf sauce roquefort et aubergines au miel frits: tout était délicieux. 

L’Alcazar de Séville

Le lendemain, à la première heure, nous partons pour la visite du Real Alcazar, site touristique immanquable à Séville. Il s’agit d’un gigantesque palais fortifié dont un étage est encore aujourd’hui occupé par la famille royale (on peut le visiter, mais uniquement sur réservation). Il est réputé pour son architecture atypique ainsi que ses splendides jardins. Nous déambulons dans les différentes salles de l’Alcazar: aucune ne se ressemble et chaque détail nous émerveille. Le Real Alcazar tient vraiment ses promesses, nous en avons pris plein les yeux!

Les patios, on adore, et l’Alcazar de Séville n’en manque pas. Arches, plantes, arbres et bassins, tout est en harmonie et bien entretenu. Quant au jardin, il est assez exceptionnel.

Autre coup de coeur de cette visite: les bains de Maria Padilla. Accessibles par les jardins, dans les sous-sols du palais, ces réservoirs d’eau de pluie rappellent les fameux bains romains du Moyen-Age.

L’Alcazar de Séville nous a beaucoup plu! Mais notre journée de visite n’est pas terminée, et nous décidons de nous diriger vers la Macarena. Coup de bol (ou pas), ce jour-là c’est le marathon de Séville! Il y a énormément de monde en ville (mais principalement des locaux venus applaudir leurs concourants). L’avantage de cet événement, c’est d’avoir pu découvrir la ville sans aucune voiture à l’horizon, les routes étant fermées pour l’occasion. 

La Macarena

Pour rejoindre la Macarena depuis l’Alcazar, comment ne pas contempler la cathédrale Santa Maria de Séville, située juste à côté? Nous n’avons pas eu la curiosité d’y entrer, mais nous l’avons trouvée très jolie. Nous avons ensuite continué notre chemin vers la plaza del Torro, les arènes des toreros de Séville. Mais à 8€ l’entrée, nous avons dénié visiter, surtout que nous ne cautionnons pas cette pratique, même si nous sommes conscients que cela fait partie intégrante de la culture espagnole. 

Plaza del torro

Nous avons ensuite rejoint la Macarena en passant par le marché de la rue feria mais la plupart des stands sont fermés le dimanche. Nous avons continué notre route en passant par des petites rues toutes mignonnes jusqu’à la fameuse basilique. Pas de chance, nous sommes arrivés en pleine messe, donc les visites étaient restreintes. De plus, la porte de la Macarena (ancienne muraille) était en rénovation. Tant pis, ce sera pour la prochaine fois!

Porte de la Macarena

Nous nous sommes restaurés dans le bar Duo Tapas, proche de la promenade d’Hercules (alameda de Hércules). Le parc est assez sympa, et le restaurant vraiment très bon (pensez à arriver tôt car il est très réputé!). On y déguste de délicieux tapas aux saveurs asiatiques et européennes. Ça vaut le détour! 

Pour la digestion, rien de tel qu’une belle balade à pied ! Nous avons longé le Guadalquivir dont la promenade est très bien aménagée pour les piétons. Nous avons emprunté la route de Juan Carlos I jusqu’au parc de Maria Luisa. Petite pause au milieu de la luxuriante nature qui y vit, c’est un endroit ressourçant, tout proche des places très connues: la plaza America et la plaza España sur laquelle nous sommes retournés afin d’admirer un spectacle de rue de flamenco (vers 18h-19h, un groupe joue tous les soirs entre les deux ponts centraux).

Parc de Maria Luisa

Les orangers de Maria Luisa

Plaza de America

Flamenco sur la place de España

Séville, c’est un peu la ville des couleurs ; chaque petite ruelle mérite d’être photographiée tant elles rendent les quartiers vivants et chaleureux. Notre balade à travers la ville nous a beaucoup marqué, et c’est d’ailleurs l’une des journées de visite où nous avons le plus marché: environs 22 kilomètres au compteur à la découverte de cette cité! Vous l’aurez compris, Séville est un coup de cœur, et nous y retournerons avec grand plaisir! Si vous allez en Espagne, et plus particulièrement en Andalousie, faîtes de Séville une priorité. 

Nous espérons que cet article vous a plu, on se retrouve la semaine prochaine avec la suite de nos aventures ! 

Infos Pratiques

Logement:
Chez Lola, 30€/nuit.
* N’hésitez pas à nous demander un code parrainage pour bénéficier d’une réduction de 24€ sur votre première réservation sur le site https://www.airbnb.fr/ *

Où manger ?
* Tapas:
_ Los Coloniales, Plaza Cristo de Burgos, 19, 41003 Sevilla 
_ Duo tapasCalle Calatrava, 10, 41002 Sevilla
* Bar à vin:
_ AlfalfaCalle Candilejo, 1, 41004 Sevilla 

Activités:
Real Alcazar: 11,50€/p ; 3€ en tarif réduit.
Plaza del Torro: 8€/p ; 6€ en tarif réduit.
Cathédrale: 9€/p ; 4€ en tarif réduit.
Macarena: 3€/p ; 1,50€ en tarif réduit.

3 thoughts on “Road trip en Andalousie #2: la belle Séville

    1. encore merci 🙂
      c’est une super ville j’espère que vous aurez bientôt l’occasion d’y aller!
      oui, dernier jour de soleil, tu verras :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *