Les trésors de la province de Ninh Binh

Après notre big road trip autour de Hué, nous voilà de retour sur les routes dans la province de Ninh Binh, rebaptisée la “baie d’Halong terrestre”. Pourquoi ? Simplement parce que la région est assez montagneuse, et les montagnes karstiques rappellent la baie d’Halong, qui elle se trouve en mer. Si la ville de Ninh Binh n’a rien d’exceptionnel, se sont ses alentours qui attirent de plus en plus de visiteurs ! L’attraction principale dans cette partie du Vietnam ? Le bateau ! Et oui, à Tam Coc, la ville attractive de la province, on y vient pour faire un tour en bateau sur la rivière et on rame avec… les pieds ! 

4h30 du matin, notre bus de nuit arrive à Ninh Binh (la ville). Ces bus qui arrivent en plein milieu de la nuit, ça a le don de nous irriter quelque peu, mais cette fois-ci on s’y attendait. Nous nous mettons en quête d’un petit café, quand notre regard croise la seule enseigne qui semble allumée de toute la rue principale de Ninh Binh (la rue où nous a déposé le bus, en fait). Il se trouve que sous cette enseigne se cache une… B O U L A N G E R I E ! Du pain tout chaud sortant du four nous attendait. La famille qui tient la boulangerie est géniale, ils nous ont même offert le café, et ont invité Nico à fumer le calumet (il a poliment refusé, bien sûr). Le petit dèj’ avalé, nous nous mettons en route vers notre homestay fraîchement réservé sur AirB’n’B pour déposer nos affaires. Malgré notre petite nuit, on s’est sentis d’attaque pour une journée de visite !

NinhBinh Boulangerie

Le homestay fut un vrai coup de coeur pour nous. Un peu éloigné de la ville, la maison se trouve juste à côté de la pagode de Bai Dinh. Notre hôte s’appelle Jasmine, elle est adorable, et parle très bien anglais. La chambre était nickelle, et la nourriture… pfiouu tellement bonne ! Pour réserver votre séjour chez elle, c’est juste ici

Tam Coc, la cité du tourisme !

Nous avons loué un scooter directement chez Jasmine pour nous rendre à Tam Coc. En chemin, nous avons vu de jolies rizières, bien vertes ! Et nous avons même assisté à la naissance d’un veau ! Un moment magique qu’on n’est pas prêts d’oublier.

Tam Coc, c’est un peu le rendez-vous des bateliers, puisque c’est l’activité phares de la région. Il y en a pour tous les goûts, à tous les prix, dans tous les coins où il y a un peu d’eau et quelques grottes. Nous sommes arrivés sur l’heure du midi, donc par chance, pas trop de monde ! On le disait plus haut, ces bateaux ont la particularité d’être conduits par des locaux qui rament avec les pieds ! Au début on appréciait beaucoup notre guide, qui parlait même un peu français. On a vite fait la moue quand, à la fin du tour, elle nous a demandé un pourboire parce qu’elle était “très fatiguée”… On peut le comprendre, c’est très dur de ramer et de promener ainsi les touristes à longueur de journée. Mais dans le principe, on n’adhère pas. Le tour est quand même assez long, cela prend environs deux heures pour faire l’aller-retour. Les paysages sont très beaux, on passe à travers des petites grottes ; c’est vraiment intéressant et on en a pour son argent, mais cela reste quand même très touristique ! Malgré le prix exorbitant de l’excursion, cette activité nous a bien plu !

Après cette balade, un bon repas s’impose ! Nous avons goûté la chèvre, spécialité de la région (attention, nous ne parlons pas du fromage, mais bien la viande de chèvre!). Nous l’avons commandé en brochettes, marinées au soja et aux graines de sésame, c’était pas mal du tout !

La journée continue avec la visite ratée de la grotte de Tien (tien grotto) Nous trouvons une première entrée qui cache en fait un petit temple. Un bouddha d’or et des offrandes ornent la pièce principale, mais nous tombons sur une petite porte cimentée pour poursuivre la visite… Il y a donc un autre chemin ? Nous reprenons la route en direction de l’entrée notée sur Mapsme. Il s’avère que c’est bel et bien la bonne entrée, mais de ce côté-ci, il faut payer ! On rebrousse le chemin, inutile, selon nous, de payer pour entrer dans une grotte qui semble être totalement aménagée pour les touristes (avec des escaliers cimentés, et j’en passe) alors que nous venons de trouver le côté pile de la caverne où nous avons déjà vu ce que nous voulions voir… Bref, on passe ensuite à la visite de la pagode de Bich Dong, qui elle est gratuite (sauf le parking) ! Le temple, qui se trouve sur une colline, vaut vraiment le coût d’être vu. Il faut escalader un peu, mais c’est plutôt bien aménagé. En haut de l’édifice, Nico aperçoit qu’on pourrait grimper un peu plus pour voir l’autre côté de la colline. Sauf qu’il y a un joli petit écriteau gravé en toutes lettres: DON’T CLIMB UP ! Mais je sens déjà en Nico l’âme d’un aventurier qui aime le risque (et qui est surtout un peu maso) et qui grimpera, peu importe les mises en garde… Que voulez-vous, plus on nous dit de ne pas faire les choses, et plus on a envie de les faire non ? Mais il a tellement bien fait ! La vue était splendide, et les couleurs rayonnantes du coucher de soleil reflétaient les belles rizières de Ninh Binh. Il a pu aussi observer des oiseaux blancs voler en groupe, ils y en a partout dans la région, et notamment dans le parc national de Tam Coc. Un beau spectacle pour les yeux ! On a terminé la journée par un magnifique coucher de soleil au bord des rizières 🙂

Les alentours de Ninh Binh

Après cette belle journée riche en découverte autour de Tam Coc, nous décidons de nous éloigner un peu, et profitons de cette nouvelle journée ensoleillée pour nous rendre en moto dans la réserve naturelle de Van Long. On peut aussi y faire du bateau, mais on a préféré rouler au gré du vent et profiter des paysages autour de nous. La réserve est très belle, mais elle le serait davantage si il n’y avait pas des cimenteries tous les 100 mètres… Sérieusement, ça commence à devenir désolant, tous ces paysages gâchés par l’industrie… 

Un peu écœurés, on se rend ensuite au village “flottant” de Keng Ga réputé pour être le rendez-vous des pêcheurs, mais on a trouvé que le village n’avait rien de flottant et on cherche encore les pêcheurs… Et rien pour se restaurer à l’intérieur, il faut rester dans la petite ville juste à côté, avant de traverser la rivière. Peu de choix niveau restos, mais par contre, les spécialités vietnamiennes sont excellentes !

On pousse un peu plus loin notre périple à moto pour se rendre dans le parc national de Cuc Phong (le plus grand du Vietnam). Il est déjà 16h quand nous arrivons, le parc ferme à 18h et la nuit tombe à 17h30… Nous n’aurons le temps que d’explorer la grotte préhistorique qui se trouve à une vingtaine de minutes à moto depuis l’entrée du parc. On n’a pas trouvé ça transcendant.

Bai Dinh Pagoda: un petit trésor

Dernier jour à Ninh Binh, et au programme… Un gros paquet de mouchoirs, et une tisane ! Et oui… En voyage, ce n’est pas marrant tous les jours! Je me suis réveillée avec un bon rhume (qui avait commencé la veille au soir). On traînasse donc un peu avant de décider du programme de la journée. On en profite pour ranger un peu nos sacs à dos, faire une lessive, et un peu de tri. Puis on se motive quand même pour nous rendre à Hoa Lu, à cinq minutes en moto de notre homestay. Hoa Lu est une ancienne cité qui abrite le temple de Dinh Tiên Hoang, roi de la cité, avant que la capitale ne soit transférée à Hanoï. Pas franchement convainquant, comme visite… Il faut dire que j’étais moyennement motivée. Il y a un point de vue juste à côté, Nico y est monté, il l’a trouvé “inutile”, à moins d’escalader des zones un peu dangereuses.

On a quand même gardé le meilleur pour la fin ! Nous avons visité la pagode de Bai Dinh à la tombée de la nuit. Un vrai régal pour les yeux ! Cette pagode est l’une des plus belles qui nous ait été donné de voir. L’endroit est tout simplement immense, et il y a beaucoup de temples avant d’arriver au sommet. Un beau coucher de soleil aux pieds de Bouddha, et la descente du site est encore plus magique que la montée: la nuit, tous les temples s’éclairent et cela donne encore plus de charme à ce lieu de culte si célèbre à Ninh Binh. D’ailleurs, nous avons choisi le moment parfait pour nous y rendre: vers 17h, les cars de touristes commencent à repartir. Il y a donc beaucoup moins de monde le soir ! Ce qui rend la visite d’autant plus agréable, avouons-le.

S’il n’y avait qu’une seule chose à retenir de Ninh Binh, c’est qu’il faut absolument y aller ! C’est une province du Vietnam vraiment magnifique. On a tout simplement adoré, et en plus la météo était de notre côté cette fois ! La pagode de Bai Dinh est un vrai coup de coeur, ne la ratez pas si vous passez par là ! Quand à nous, on se retrouve dans un prochain article, et nous poursuivrons nos aventures sur l’île de Cat Ba !

Infos pratiques

Logement: Le homestay s’appelle Ninh Binh Mountain views homestay.
Jasmine est adorable et saura vous guider. 22$/nuit sur AirB’n’B 
Laissez-vous tenter par un repas préparé par sa famille. Ça coûte 5$/p et c’est vraiment très bon !

Pagode de Bai Dinh: Visite gratuite.
La navette pour monter aux pieds de la pagode coûte 30.000 VND.
(Elle est nécessaire !)
Bateau à Tam Coc:
> L’entrée dans la réserve: 120.000 VND/p
> Le bateau (prix prohibitif): 150.000 VND
Parc national de Cuc Phong: 60.000 VND/p
Hoa Lu: 20.000 VND/p

 

 

 

 

3 thoughts on “Les trésors de la province de Ninh Binh

  1. Merci de nous faire partager tous ces moments et ces belles images! Une aventure audacieuse et bien menée qui nous permet de rêver et de dépasser les frontières! Finalement, il n’y a pas que la Bretagne ou la presqu’île de Giens Vivement la retraite!
    Bises à vous 2 des Domis plongeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *