Notre arrivée à Taiwan: les premières galères!

C’est après deux mois en Chine continentale que nous débarquons à Taiwan pour trois semaines ! On ne nous avait dis que du bien de cette île et nous avons voulu nous faire notre propre avis ! Nous comptons Taiwan comme étant le huitième pays de notre tour du monde puisqu’il n’est plus rattaché à la Chine et que l’île est devenue indépendante aussi bien du côté administratif que politique. Les chinois et les japonais se sont longtemps battus pour le territoire taïwanais, et aujourd’hui, l’île jouis des héritages culturels de ces deux pays. Nous étions impatients de la découvrir !

Hello Taipei !

Nous sommes arrivés à Taipei, la capitale du pays, après un vol de deux heures depuis à ville de Shanghai, puis une heure de métro de l’aéroport au centre-ville. Déjà, à la douane, nous ressentons les premiers signes qui font que nous ne sommes plus en Chine. Autour de nous, la plupart des gens parlent en anglais. L’aéroport est plongé dans un calme absolu. Nous observons des comportements dignes de la Thaïlande: des sourires, des signes de politesse et de respect de la part de nos interlocuteurs… Nous n’avons plus l’habitude de ces comportements, et nous ne sommes plus habitués à les pratiquer. En ce qui concerne la langue, nous n’avons que peu d’efforts à faire car même en disant “bonjour” en chinois, tout le monde nous parle directement en anglais.

Ça c’est nous, dans l’avion, complètement crevés par le décala… Ah non en fait, y avait que deux heures de vol. On n’a pas d’excuse pour ces têtes horribles.

Ça c’est notre box offerte par la compagnie aérienne parce qu’on a été surclassés !

C’est un bel orage qui nous accueille à l’arrivée. Il fait très lourd et humide. Nous avons perdu l’habitude de ces températures tropicales et comprenons vite que nous allons souffrir de la météo à Taiwan. Il pleut quasiment toute l’année sur l’île, et à la période où nous y étions commençait la saison des typhons. 

On s’est offert une belle chambre d’hôtel à Taipei pour notre première nuit au Ambiance Hotel Taipei. Mais impossible d’accéder à la chambre avant 15h, et ce sera souvent le cas dans ce pays… Pour tuer le temps, nous nous restaurons non loin de là et goûtons aux premières spécialités taïwanaises. Nous retirons également nos premiers dollars taïwanais (NT$). Nous ne visitons pas la capitale pour cette fois puisque nous y reviendrons à la fin de notre séjour. Nous, ce que nous voulons, c’est partir dès le lendemain pour le parc national d’Alishan. Mais malheureusement, nous nous y prenons trop tard: c’est le weekend de la fête des mères, et les trains du lendemain affichent déjà complets ! De plus, il n’y a pas de train direct pour Alishan depuis Taipei. Il faut passer par la ville de Chiayi, puis prendre un train ou un bus jusqu’à Fenqihu pour pouvoir enfin rejoindre les sommets d’Alishan. La mission impossible en une journée… Tout un programme que nous n’avions pas du tout prévu à la base ! Le tempo est lancé: il va falloir s’organiser pour les trois semaines à venir ! 

Petit focus sur notre chambre parce qu’elle était vraiment incroyable. Elle était située au dernier étage, et c’était une chambre d’angle avec vue sur la ville. On s’en souviendra !

La vue depuis la chambre… 🙂

C’est alors que l’hôtesse d’accueil nous conseille de nous rendre à Chiayi quand même dès le lendemain et de passer une journée à Tainan en attendant que les trains désemplissent pour Fenqihu. C’est une ville en bord de mer, dans le sud-ouest de l’île, et nous ça nous va très bien, car il y a longtemps que nous avons vu une plage !

Tainan: la destination imprévue

Nous voilà donc à bord d’un train pour Chiayi le jour suivant. Nous étions loin d’imaginer qu’il faudrait la journée pour traverser l’île. Cinq heures pour faire 150 kilomètres… et bien ça fait rager! Il fait déjà nuit quand nous arrivons dans la ville. Nous cherchons un hôtel et trouvons à bon prix une chambre sans fenêtre et sombre mais avec climatisation. Nous ne tardons pas à trouver le sommeil car le lendemain, nous prenons le premier train (type TER) pour Tainan !

Des trains Chiayi – Tainan, il y en a très régulièrement et cela ne prend que quarante minutes pour y aller. Ça coûte entre 2 et 3€ le trajet! Nous laissons nos gros sacs à l’hôtel de Chiayi puisque nous avons prévu d’y redormir le soir-même. Munis d’un petit sac à dos, de notre Reflex et de la Yi Cam achetée à Shanghai, nous voilà partis tels deux aventuriers vers l’inconnu… Mmh… mais l’inconnu, ce n’est pas déjà là où nous sommes depuis huit mois ? Mmh… si, en fait ! Mais là clairement, on a l’impression de prendre un TER et de partir en weekend ! M’enfin vous voyez ce qu’on veut dire… A notre arrivée dans cette nouvelle ville recommandée par l’hôtesse d’accueil de notre hôtel à Taipei, notre première interrogation fut la suivante: où sont les gens ? Non parce que dans les rues de Tainan, il n’y a absolument personne ! Y a-t-il des habitants dans cette ville ? Il faut croire qu’ils se sont tous donné rendez-vous à Anping, la vieille ville de Tainan. C’est un vieux quartier très animé où nous sommes tombés en plein coeur d’une sorte de fête. Il y avait un grand marché, des animations, des manèges, un karaoké en plein air, bref… que du bonheur ! Mais pas un seul endroit pour s’asseoir et boire un coup à des prix raisonnables. On sent déjà que la Chine va nous manquer: à Taiwan, la vie est très chère ! 

En réalité nous n’avons pas du tout commencé par la visite de la vieille ville, mais nous sommes tombés par hasard sur le musée de la littérature, une annexe du temple de la littérature que nous avons déjà visité à Hanoï. Confucius est partout ! Le musée était intéressant, mais le temple qui se trouve juste à côté paraissait à l’abandon. Un peu comme la ville en fait… Il faut savoir que nous y étions un dimanche, ceci explique peut-être cela. Nous avons tout de même trouvé un bon restaurant de raviolis au milieu de nombreuses enseignes fermées. Puis nous avons pris un bus de ville (qui se font très rares également) jusqu’à notre prochain lieu de visite: un fort.

Nous avons donc ensuite visité le Eternal Golden Fort qu’il est intéressant de voir pour l’histoire, mais on peut le dire, il ne casse pas trois pattes à un canard. Nous en avons vite fait le tour. Après quoi nous voulions prendre un bus dans l’autre sens, mais nous avons eu clairement la flemme d’attendre, et avons donc fait signe à un chauffeur de taxi pour qu’il nous emmène dans la vieille ville. A la base, nous tenions à nous rendre au parc national de Thaijiang pour voir les mangroves, mais payer un bateau de croisière à touristes ne nous a guère enchanté, finalement. On ne peut donc pas vous dire ce que ça vaut.

Après avoir fait un petit tour sur le port de pêche de Tainan, nous décidons de marcher jusqu’à la plage. Nous passons devant un cimetière de bord de route (désolé, mais c’était vraiment ça!), puis traversons un pont vitré et coloré (une vitre sur deux était brisée, on ne saurait pas dire si c’était voulu ou pas). Après quoi nous atteignons, à la lisière des bois, notre première plage de la côte ouest de Taiwan. Le soleil était sur le point de se coucher, nous nous sommes donc réfugiés sur la digue (qui était vraiment sale, mais passons…). Nous avons tenté un timelapse du coucher de soleil qui a complètement foiré parce qu’on avait plus de batterie… Bref, un total échec ! C’est aussi ce soir-là que nous avons appris que les Philippines (dernier stop de notre tour du monde) passaient en alerte orange (à cause de menaces d’enlèvement de touristes)… Une belle soirée en perspective, n’est-ce pas ? Heureusement, les couleurs du ciel valaient la peine d’être observées et nous a fait oublier tout le reste.

Nous nous pressons ensuite pour chopper le dernier bus pour retourner dans le centre de Tainan afin de nous restaurer avant de prendre un train pour retourner à Chiayi. Il y a des trains jusqu’à 22h donc nous étions largement dans les temps 🙂 

Quelques bonnes adresses à Tainan:
Kokopelli Cafe: le proprio est super sympa et fait de bons burgers !
Good Dumplings (sur Mapsme) juste à côté du mémorial Tang De Jhang: le restaurant de raviolis dont on parlait.

Ainsi s’achève le récit de nos premiers jours à Taiwan, et on ne peut pas dire qu’ils étaient folichons… Nous n’avons pas du tout été emballés par Tainan et encore moins par Chiayi qui n’a vraiment aucun intérêt, selon nous. Elle sert juste de ville étape pour aller à Alishan, finalement. Au prochain épisode, nous prendrons le vieux train pour Fenqihu, première étape avant le levé de soleil sur les sommets du mont Jade. A suivre…

PS: la photo de couverture, c’est un cliché d’une fontaine à Anping 😉 Ne manquez pas ce quartier de Tainan si vous passer dans cette ville. C’est clairement le plus intéressant !

2 thoughts on “Notre arrivée à Taiwan: les premières galères!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *