Alishan: son vieux train et ses arbres millénaires !

Suite de nos aventures à Taiwan ! On évoquait notre arrivée au pays pleine de surprises (bonnes comme mauvaises) dans l’article précédent. Le titre vous fait-il un peu rêver, cette fois-ci ? Détrompez-vous ! Car aujourd’hui, on vous raconte notre parcours du combattant jusqu’au parc national du Yushan dont fait partie Alishan, l’un des endroits touristiques les plus fréquentés sur l’île. Rien ne s’est passé comme prévu: entre les problèmes de transports, la météo pluvieuse et le lieu en lui-même qui n’a pas réussi à nous convaincre, cet article promet d’être riche en coups de gueule…

Nous l’évoquions brièvement dans l’article précédent, nous n’avons pas pu nous rendre à Alishan totalement à l’arrache comme prévu. En fait, pour se rendre dans le parc national le plus célèbre de Taiwan, notamment pour ses levés de soleil sur les sommets du Mont Jade, il faut s’organiser à l’avance. Sachez qu’il n’y a pas de train direct depuis Taipei pour Alishan. Il faut prendre un train jusqu’à Chiayi (qui met environs 5 heures pour parcourir 150 kilomètres). Puis, si vous avez de la chance, vous pouvez prendre le vieux train jusqu’au village de Fenqihu. Il faut donc prévoir de passer une nuit à Chiayi car il n’y a qu’un seul train par jour (hors weekend et vacances). Il faut donc réserver à l’avance pour être certain d’avoir une place. Au dernier moment, c’est peu probable. Sinon, il y a toujours l’option du bus (vous trouverez toutes les horaires ici).

Etant donné l’affluence de touristes, mieux vaut éviter les weekends. Nous, nous tombions en plein milieu du weekend de la fête des mères, et nous n’aurions jamais pensé que cette date était très importante pour les taïwanais, qui ont justement tous décidé d’emmener leurs mères en vacances… Si bien que nous avons dû attendre un peu avant de pouvoir monter à bord du vieux train. Nous avons passé une journée à Tainan, non loin de là, et en bord de mer pour se rafraîchir les idées, et ce n’est que le surlendemain que nous avons enfin quitté Chiayi. 

Pourquoi le vieux train qui relie Chiayi à Alishan est-il si célèbre ?
Construis sous l’occupation japonaise (1895-1945), le chemin de fer qui relie Chiyayi à Alishan fut un moyen de locomotion privilégié pour les villageois et les travailleurs. Puis il a permis le développement du tourisme de masse aux pieds du mont Jade qui borde les hauteurs d’Alishan. La locomotive d’origine serait encore en activité à l’heure d’aujourd’hui. 

Fenqihu

Qu’en a-t-on pensé ? Et bien finalement, il est bien sympa, ce petit train ! Enfin le moyen de transport en lui-même n’a rien d’exceptionnel, mais les paysages que nous voyons à travers ce voyage sont vraiment très beaux. C’est certainement plus agréable que de passer par la route ! Il faudra deux heures pour atteindre Fenqihu. Nous avions décidé d’y rester une nuit histoire de ne pas passer en coup de vent, et de se précipiter pour prendre un bus vers Alishan. Nous explorons la gare qui fait également office de musée, puis passons du temps dans le grand marché. Il s’y vend un tas de choses, et surtout du wasabi, car c’est la spécialité de la région. C’est ici, à Taïwan, et particulièrement à Fenqihu et Alishan que les japonais se ravitaillent.

La village de Fenqihu

La Gare de Fenqihu :


Les étals de spécialités de la région:

Nous cherchons ensuite notre hôtel (réservé la veille) pendant un bon moment. Il faut dire que chaque personne interpellée nous indique une direction différente… Après trois tours du village, nous arrivons dans un hôtel que nous pensons être le bon. Nous demandons à la gérante si le nom de sa propriété correspond bien à notre réservation, mais elle ignore notre question et nous demande nos passeports. Nous obéissons un peu embarrassés. Elle nous enregistre dans son ordinateur, pour finalement nous dire que non, ce n’est pas l’hôtel que nous avions réservé, mais que le sien est bien mieux ! Non mais quel culot, celle-là ! Rien que pour le manque de respect envers ses concurrents, nous remballons nos affaires, et retournons à notre point de départ – où se trouvait effectivement notre hôtel, sans pancarte, ni aucun insigne pour nous l’indiquer… Heureusement que la chambre était bien, parce qu’il n’a pas cessé de pleuvoir de tout l’après-midi… 

La spécialité à Fenqihu, c’est cette lunchbox que l’on trouve à chaque coin de rue. Elle est garnie de riz, légumes, viandes et poisson, et d’un oeuf. Un repas très complet qui n’a pas emballé nos papilles… Mais on a bien aimé le concept ! Pour nous, c’était dégustation au resto Bento Box. En soirée, la plupart des restaurants ferment leurs portes. Heureusement, il y a un 7/Eleven pour se ravitailler en nouilles instantanées ! Ah ! Elles nous avaient manqué… 

23h30, nous ne trouvons toujours pas le sommeil. Par la fenêtre, nous voyons que la pluie s’est arrêtée, et décidons d’en profiter pour faire une petite balade nocturne. On raconte que dans la forêt de Fenqihu, on peut observer les lucioles au printemps (de Avril à Juin) ! D’ailleurs, au coucher du soleil, il est possible de payer un guide pour se rendre près des fameux arbres où les lucioles sortent de leurs nids. Que nenni, nous ne voulions pas payer pour ça, et nous voilà tous les deux dans la forêt, en pleine nuit pour trouver ces petites bêtes. Nous manquons à plusieurs reprises de tomber sur le terrain glissant qui traverse le sous-bois. Nous ne tardons pas à trouver l’arbre magique, et des lucioles, il y en avait ! Un paquet, même ! Impossible cependant de les photographier car nous n’avons pas l’appareil photo adéquat. Enfin une découverte qui nous ravie ! Malheureusement, notre épopée nocturne fut interrompue par les aboiements incessants d’un chien qui semblait se rapprocher de nous… Nous sommes rentrés à l’hôtel et sommes finalement tombés dans les bras de Morphée. 

Le réveil fut à nouveau pluvieux, mais nous avons trouvé le meilleur petit-déjeuner d’Asie: une boulangerie ! Mais pas n’importe laquelle: une boulangerie dans laquelle on peut déguster des donuts en pâte feuilletée ! Il étaient vraiment succulents, et nous en avons beaucoup trop mangé ce matin-là. 

La boulangerie se trouve en bas du village, nous vous avons mis un point sur MapsMe pour que vous puissiez vous y rendre facilement. 

Alishan

Pour se rendre à Alishan depuis Fenqihu, il y a deux bus: le premier est à 11h30, le second à 13h30. Nous prenons le premier, toujours sous un temps pluvieux. Nous arrivons à Alishan affamés mais ne trouvons pas de quoi émoustiller nos palets… Sur ce coup-là nous avons fait fort: un service déplorable, des prix exorbitants, et des plats qui paraissaient appétissants sur la carte qui ont bien failli nous rester sur l’estomac… 

La pluie n’a pas voulu s’arrêter de toute la journée quasiment, et pas d’éclaircies prévues pour le lendemain (jour du levé de soleil sur le mont Jade). Nous avons profité d’une petite accalmie pour voir les arbres millénaires! C’est dans la brume qu’a commencé notre promenade. Le chemin est extrêmement bien tracé (on a pu se procurer une carte à l’office de tourisme). Nous avons eu un vrai coup de coeur pour les aménagements en pleine forêt: des pontons en bois, des tunnels aménagés, et un sentier pédestre très agréable qui permet de voir tous les arbres ! En tout, 36 cyprès ont plus de 1000 ans ! 

Il y a trois générations d’arbres, et certains ont des formes particulières (comme ci-dessous l’éléphant). Mais la pluie nous a surpris en pleine balade et nous avons été obligés de nous réfugier dans un temple en plein milieu du trajet… et avons quand même fini trempés en arrivant à l’hôtel. Nous nous sommes réfugiés dans notre chambre pour la soirée, avons fait chauffer du pain et du fromage au sèche-cheveux en guise de repas, et vite: dodo !

Levé de soleil à Chushan

3H du matin le lendemain. Nous nous réveillons doucement. La pluie bat toujours son plein. On sait pertinemment que ça ne sert à rien de se lever pour voir le lever du soleil, mais qui sait ? Peut-être qu’au-dessus des montagnes, les nuages ont disparus… Nous prenons donc le premier train pour Chushan qui part de la gare d’Alishan à 4h30. Les horaires dépendent de l’heure du levé du jour. En vingt minutes, nous atteignons le sommet. Il fait encore nuit quand nous arrivons, et il pleut toujours. Nous installons tout de même notre caméra, mais autant se faire une raison: nous ne verrons que de la brume, ce matin-là. Nous sommes à la fois déçus et hilares. Nous ne savons pas si nous devons en rire ou en pleurer. En tout cas, nous ne voulons pas tenter une deuxième matinée comme celle-ci. Nous décidons de partir dans la journée de cet endroit qui nous porte la poisse depuis le début.

Vous l’aurez compris: notre expérience dans le parc national d’Alishan nous a laissé un goût amer. Le mauvais temps y est pour beaucoup, et peut-être que si on avait effectivement vu un levé de soleil, notre article serait écris bien différemment… Mais que voulez-vous ? On ne va pas se mentir: si on n’aime pas, on le dit ! Nous avons donc fuis en direction de Sun Moon lake où la météo semblait se montrer plus clémente. Mais en chemin, surprise: les montagnes presque dégagées montraient enfin le bout de leurs nez! Dommage que nous étions en bus, et que nous n’avons prendre qu’une seule photo à travers la vitre…

Infos Pratiques

Pour se rendre à Alishan:
Chiayi > Fenqihu: Prendre le vieux train sur Alishan line.
Tarif: 386 NT$/p. 
Horaires: 9h ; 9h30 (uniquement le dimanche); 10h (samedi, dimanche, vacances).
Retour vers Chiayi depuis Fenqihu: 14h.
Fenqihu > Alishan: Prendre un bus à l’arrêt qui se trouve juste derrière la gare. 
Tarif: 96 NT$/p. ATTENTION: prévoir le compte exact, car dans les bus, ils ne rendent pas 
la monnaie !
Horaires: 11h30 ; 12h50
Alishan > Chushan: Prendre un train tôt le matin (jetez un œil aux horaires la veille,
et réservez votre ticket).
Tarif: 150 NT$ l’aller. Le retour peut se faire à pied, éventuellement (~une heure).
Horaires: A partir de 4h du matin, en fonction du levé du soleil.

Logements:
Fenqihu: Yahu Hotel, 1400 NT$/nuit (40€). Coup de coeur !
Alishan: Chinshan Hotel, 1800 NT$/nuit (50€). Not bad !

3 thoughts on “Alishan: son vieux train et ses arbres millénaires !

  1. C’est super que vous ayez pu prendre le train car pour nous il n’y avait plus de place (je vous l’avais peut-être dit d’ailleurs?).
    Nous aussi on a adoré la forêt d’arbres millénaires dans la brume c’est encore plus beau! Très jolies vos photos d’ailleurs.
    Dommage pour le lever de soleil mais c’est le jeu ma pauvre lucette comme dirait l’autre. La nature et sa météo sont incontrolables, surtout à Taïwan on dirait!

    1. Coucou ! Oui tu nous l’avais dis pour le train, c’est dommage 🙁 Vous avez vu le levé du soleil quand même ?
      Les arbres millénaires, c’est un endroit vraiment mystérieux on adore !
      On vous embrasse les loulous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *