Tokyo City Guide

Miniature_tokyo

Ici commence notre voyage au Japon. Nous sommes partis entre potes, à 5, à 10.000 kilomètres de chez nous, dans un pays qui nous intriguait tous pour des raisons différentes: la culture pop, la nourriture, les gens, les rues bondées, la démesure, les traditions, le mont Fuji… En immersion pendant six jours dans la capitale peuplée de plus de 9 millions d’habitants, Tokyo fut notre premier coup de cœur de ce voyage. Cet article présente à peu près tout ce qu’on a pu voir et faire dans cette ville incroyable; immersion au cœur d’un Japon modernisé, mais fidèle à lui-même.

T O K Y O, nous voilà! La ville se découpe en six grands districts comprenant des grands quartiers, possédant chacun des “chefs-lieux” tous très emblématiques et intéressants à voir. Des villes de taille moyenne dans la grosse ville, voilà comment on pourrait définir Tokyo ; enfin, vous voyez ce que je veux dire? Nous avons découvert un bon nombre des quartiers de la ville en les parcourant à pied et en métro. Nous avons exploré Tokyo, tous munis de notre carte Suica, une carte de métro rechargeable pour se déplacer dans les grandes villes japonaises (nous avions fait le choix de ne pas prendre le JR Pass, on vous en reparlera dans l’article bilan du Japon).

C’est assez facile de se repérer dans Tokyo: tout est indiqué dans les gares de métro. Google Maps fut aussi notre ami: il indique souvent quelle ligne prendre et à quel arrêt se trouve les différents points d’intérêts. Il n’y a qu’à la gare de Shinjuku qu’on a pas mal galéré. Il y a presque 200 sorties possibles, c’est un peu l’enfer! Mais on y est parvenu. Si on peut donner juste un conseil: se déplacer en métro fait gagner un temps fou, mais découvrir quelques parcelles de la ville à pied vaut aussi le détour!

Akihabara, le quartier de la pop culture japonaise

Les soirées à Akihabara

C’est dans le quartier de la culture pop que nous avons élu domicile pour nos quatre premiers jours à Tokyo. Nous y avons vécu nos toutes premières expériences typiquement japonaises. Nous y avons dégusté nos premières ramen, eu nos premiers airs impressionnés dans les salles d’arcade, nos premiers sourires aussi: tout nous émerveillait déjà. Nous résidions au Super Hôtel, à Taito, à la frontière entre Akihabara et Asakusa. C’est une chaîne d’hôtel à prix abordables dont les prestations sont excellentes. Le petit déjeuner était parfait, un buffet aux mélanges de saveurs asiatiques et européennes. A nous les bols de riz + omelette baveuse, soupe miso et autres croissants! L’hôtel était également équipé d’un onsen (bain public qui se prend tout nu et sans complexe, dont la température dépasse les 40°) ouvert de 7h à 9h et de 15h à 20h pour les femmes, et à partir de 21h jusqu’au bout de la nuit pour les hommes. On peut vous dire qu’on en a bien profité, de ce petit rituel après nos journées de visites bien remplies. Je vous reparlerai de mon ressenti lors de mon premier bain public dans un prochain article, si cela vous intéresse.

akihabara by night
Akihabara by night

Akihabara, c’est le quartier des geeks. Salles d’arcades, vitrines de jeux vidéos, de mangas, sex shops, bar à thèmes, restaurants, boutiques de matériel électronique, magasins de jouets… On peut y trouver à peu près tout. On a d’ailleurs passé pas mal de temps à faire du lèche vitrine. Nous avons aussi été pas mal impressionnés par les habitués des salles de jeux: les lycéens, les étudiants, mais aussi les cadres, les hommes d’affaires s’adonnent à cette activité après leur journée de travail. Ils sont surtout très friands de jeux de rythme et sont admirablement doués. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les bornes d’arcade sont bon marché et on peut y passer un bon moment sans se ruiner.

Bonnes adresses à Akihabara
* Hôtel: 4 nuits dans le Super Hotel Akihabara avec onsen et petit-déjeuner inclus ; 3 Chome-2-5 Ueno, Taito City
* Restaurants: Ibukiya Seimen, restaurant de Udon dans le centre commercial UDX.
Crazy Crepes, le meilleur des desserts! ; Sotokanda, 4 Chome−3-11 Chiyoda City
Restaurant de Shabu Shabu ; Sotokanda, 1-chōme−13, Chiyoda City
* Boutiques: Super Potato, boutique Nintendo ; 1 chôme-11-2 Sotokanda,Chiyoda City
Tamtam Hobby Shop, boutique de modélisme ; Sotokanda 6 chōme−14−2 Chiyoda City
Akiba Love Merci, sex shop ; 1-2-7 Sotokanda, Chiyoda City
Arcade SEGA ; Sotokanda 1 chôme 11-1, Chiyoda City

Ueno et Yanaka

Juste à côté de cette ambiance électrique et ludique, on trouve la quiétude et la sérénité d’un parc immense abritant des pagodes: le parc d’Ueno. On peut y passer la journée si on en fait le tour. Plusieurs petits temples sont à explorer aux alentours comme le Nezu-Jinja Shrine, adorable petit sanctuaire qui respire la paix et la zénitude. On peut aussi y faire du pédalo sur l’étang de Shinobazu.

Parc d'Ueno
Parc d’Ueno
daikokuten temple
Temple de Daikokuten
arbre en fleurs ueno
Le printemps qui pointe le bout de son nez

Au nord du parc d’Ueno, on tombe sur le quartier de Yanaka. Nous sommes passés devant le Yanaka Beer Hall (un bar où l’on peut déguster des bières locales, brassées sur place). Puis, en bas des grands escaliers de la rue, on tombe sur une longue rue commerçante. Un endroit idéal pour déguster la street food locale: légumes fris, oeufs mollés entourés de riz et de porc, mais aussi des yakitori. En continuant notre balade, nous sommes tombés sur le cimetière de Yanaka, premier cimetière à la japonaise que nous voyons, et c’est vraiment très joli.

Le temple du judo

L’un de nos meilleurs moments à Tokyo fut la visite du temple du judo et de son musée. Thomas, un de nos ami nous accompagnant dans ce voyage, est judoka depuis près de 20 ans. Nous avons réalisé son rêve: voir un entraînement de judo au Japon. Le bonheur se lisait dans ses yeux. Il n’a en revanche pas pratiqué, mais c’est possible en réservant à l’avance! Il n’y a pas d’entrainement tous les jours, il faut se renseigner sur le programme prévu.

kodokan tokyo
Kodokan – Temple du judo

Asakusa: temples et gratte-ciels

Senso-ji

Nouvelle journée à Tokyo, et cette fois-ci nous explorons le quartier d’Asakusa. On y trouve un charme dantant, autour du temple Senso-ji, certainement le temple le plus connu du Japon, le premier qu’on peut trouver lorsqu’on fait une recherche sur Google… Vous savez, cette grande pagode rouge? Bref, un endroit qu’on a beaucoup apprécié, et aussi le premier endroit où nous avons pu croiser de nombreux touristes. Ce temple dégage quelque chose de puissant, nous avons beaucoup aimé ce retour à l’Asie traditionnelle que l’on avait pu observer dans d’autres pays.. On remarque que les rituels de prière sont différents de la Thaïlande, par exemple. Ici au Japon, on se purifie les mains et le corps en se lavant et en buvant de l’eau. Puis, on frappe deux fois dans ses mains avant de prier debout ou à genoux. Ce n’est pas tellement pour le temple en lui-même que les gens viennent ici, mais pour la porte du tonnerre par laquelle on pénètre dans ce lieu de culte bouddhiste.

senso-ji
Senso-ji

De l’autre côté de Sumida River, à l’opposé de senso-ji, se trouve la Tokyo Sky Tree, prouesse architecturale, et la plus haute tour du Japon dont l’observatoire est perché à 450 mètres de hauteur. Nous n’avons pas tenté l’expérience, les deux heures de queue annoncées sur les guides nous ont un peu refroidis, ainsi que le prix (2000 yens!). Nous avons donc pique-niquer au bord de la rivière, avec en guise de casse-croûte des onigiris (sandwichs de riz avec du poisson au milieu) que nous avions acheté précédemment chez Akarui Nōson. Puis nous avons emprunté Azuma Bridge, le pont rouge qui permet de passer du quartier de Taito à Sumida où se trouve le siège d’Asahi, la marque de bière la plus populaire en Asie. Nous nous sommes ensuite rendus à pied au musée Edo situé juste à côté du stade des sumotoris (les sumos) que nous n’avons pas pris le temps d’aller voir. Le musée est un chouette moyen de découvrir l’histoire de la ville de Tokyo avec des reconstitutions de maisons traditionnelles et des maquettes miniatures de villages entiers!

tokyo sky tree
Tokyo Sky Tree
asakusa
Point de vue sur la Tokyo Sky Tree depuis Azuma Bridge

La cité impériale

Si nous n’en avons fait que les jardins, la cité impériale de Tokyo peut prendre des heures de visite à elle seule. Les arbres n’étaient pas encore fleuris, les premiers bourgeons avaient fait leur apparition, mais nous n’avons pas eu la chance de voir cet endroit sous ses instants les plus magiques – et aussi les plus prisés. Du coup, c’est sans personne – et ça c’est une chance – mais sous la pluie (ça, ça l’est moins) que nous avons profité pleinement de ce bol d’air dans le tourbillon de Tokyo. Nous avons erré sans vraiment savoir quoi voir, quoi faire. Nous avons simplement profité de l’instant, en passant par le château Edo, puis une forêt, une cascade, un étang… Bref, une matinée toute en douceur au cœur de l’arrondissement de Chiyoda.

jardin imperial tokyo
Jardin impérial de Tokyo

Nous avons ensuite cherché de quoi manger dans le quartier de Ginza (le quartier luxueux de Tokyo). C’est au sous-sol d’un immeuble que nous avons trouvé notre bonheur au Lotus Moon où nous avons pu déguster plusieurs plats à partager (gros coup de cœur pour le tofu pimenté!). Nous avons appris plus tard que toute cette bonne nourriture n’avait rien de japonais (en fait, c’est chinois) mais c’était un régal!

Autour du palais impérial, il y a beaucoup à faire, mais nous ne nous sommes pas spécialement attardé ici. Au Nord se trouve le quartier de Jimbocho, alias le quartier des libraires. On en trouve tous les 2 mètres, et c’est un chouette endroit à découvrir. A l’Est se trouve Godzilla Square, sympa pour boire un verre, se balader et admirer la petite statue de Godzilla. Petite histoire sur Godzilla d’ailleurs: il représente le fléau (à l’origine, les bombes atomiques) au Japon, et la possibilité de toujours se relever lors de catastrophes, sans laisser de côté que tout peut à nouveau arriver.

godzilla statue
Godzilla Square

Odaiba, l’ancien quartier futuriste

Pas besoin d’aller à New York: on peut voir la statue de la liberté depuis Odaiba! Bon ok, ici à Odaiba, elle est plus petite et elle ne se trouve pas sur une île au milieu de l’eau, mais quand même! Pour se rendre à Odaiba, une petite île au sud est de Tokyo, il faut emprunter la ligne Yurikamome toute automatisée qui passe par le rainbow bridge.

odaiba
Odaiba

Odaiba est une île artificielle créée en vue de dévoiler la vision futuriste de Tokyo, mais le projet a été un peu laissé à l’abandon. Odaiba est donc le quartier où sortir pour s’amuser. Il y a beaucoup de centre commerciaux, salles de jeux, parcs d’attractions, musées. Un bâtiment a attiré notre curiosité: le Fuji TV Building, malheureusement fermé le lundi (et nous étions lundi…). Nous avons quand même pu prendre des photos depuis le parking du centre commercial qui se trouve juste en face. D’ailleurs, on y a trouvé une boutique Hello Kitty ainsi qu’un rayon de Kit Kat à tous les goûts possibles et inimaginables (même au wasabi, et c’est très bon!). A l’entrée, un robot géant se dresse là et se met à bouger à certains moments de la journée (rien de spectaculaire, en soi). A Odaiba, nous avons terminé notre journée au musée des sciences et des nouvelles technologies. Nous sommes pas restés le soir pour passer la soirée à Shibuya, mais il paraît que Odaiba est très attractive la nuit aussi!

Tokyo robots à odaiba
Nos nouveaux copains à Odaiba

Shibuya et ses passages piétons

Changement de décor: on retourne à la base de ce qu’on attendait de voir à Tokyo: la frénésie des grands centres commerciaux, les rues bondées, les écrans partout: Shibuya est THE PLACE TO BE entre autre pour traverser ces passages piétons gigantesques en diagonale. C’est là qu’ont été tournés certaines scènes cultes dans les films Fast and Furious ou encore Lost in Translation. Il existe plusieurs belvédères pour voir le carrefour de Shibuya de plus haut. Nous avons choisi la tour 109 Men’s qui offre un point de vue gratuit.

shibuya
Quartier de Shibuya

Le soir, dans ce quartier grouillant de monde, difficile de se repérer et surtout de choisir un restaurant… On a voulu tester une spécialité locale de la région de Tokyo: le monjayaki, une espèce d’omelette garnie d’ingrédients divers (fruits de mer, légumes, porc…) que l’on verse sur une plaque chauffante et qui cuit sous nos yeux! Plus qu’à la partager et la déguster! On a voulu tester ce plat dans un restaurant assez réputé, mais il y avait plus d’une heure de queue pour y avoir une table… On s’est donc rabattu sur un petit resto dont la devanture ne paye pas de mine. On a presque hésité à entrer. Pourtant, poussés par la curiosité et surtout par les souvenirs de ces petits bouis-bouis d’Asie du sud-est qui s’étaient avérés être délicieux, nous avons ouvert la porte coulissante. A l’intérieur, aucun touriste. Des tables basses avec plaque de cuisson intégrée, des coussins posés tout autour. La serveuse nous invite à prendre place et par chance, elle dispose d’un menu en anglais. Nous enlevons nos chaussures, nous installons, puis passons la commande: un monjayaki par personne (alors que normalement, un pour deux suffit). Elle est surprise, mais comprend qu’on est novice. Alors une fois la pâte de monjayaki prête, elle nous montre la technique de cuisson, puis comment faire pour manger ce plat à l’aide d’une petite spatule. Ce fut un régal, dans un ambiance jazzy, et le personnel au top!

monjayaki
Dégustation de monjayaki
devanture de restaurant
La devanture du restaurant
Taruya たるや 2-chōme, Dōgenzaka

Shinjuku, le quartier où sortir le soir

L’endroit incontournable pour faire la fête, boire un verre, manger au restaurant, partager des moments sympas (et aussi se confronter aux quartiers “chauds” de Tokyo), c’est à Shinjuku. C’est ici que nous avons changé d’hôtel. Nous quittons Akihabara où nous avions passé quatre nuits pour un hôtel un peu moins confortable mais très typique au Japon: la capsule! Les hôtels qui proposent ce type de chambre sont ouverts 24h/24, et sont conçus comme des dortoirs où chacun dort dans sa capsule constituée d’un lit qui fait la taille d’un petit box. Ces hôtels sont très pratiques pour les personnes travaillant de nuit, ou en déplacement: elles peuvent venir à toute heure de la nuit ou de la journée pour se reposer. On n’a pas très bien dormi, mais on était content d’essayer, en témoigne la photo ci-dessous:

capsule hotel shinjuku
Capsule pour une personne!

Bien évidemment, le dortoir des filles est séparé de celui des garçons!

A Shinjuku, nous sommes venus chercher plusieurs choses: d’abord une rue atypique bordée par des dizaines de petits restaurants de street food où l’on peut notamment déguster des yakitori (des brochettes de viandes et de légumes grillées et trempées dans la sauce soja). Cet endroit est en réalité un ensemble de petites rues très touristiques, et il s’appelle Omoide Yokocho. Il est tout proche de la gare de Shinjuku. Puis, nous nous sommes mis à la recherche de l’un des emblèmes les plus légendaires au Japon: la fameuse tête de Godzilla géante. J’avoue, j’ignorais totalement l’existence de cette statue, c’est Benjamin qui voulait absolument la voir! Après la statue de Godzilla (assez petite), voici venir la tête énorme du dinosaure entre deux immeubles!

godzilla
Vous le voyez?

En continuant vers le quartier des bars et restaurants à thèmes comme Robot Restaurant par exemple, on trouve de nombreux coins sympas où boire un verre. Bien-sûr, c’est aussi le quartier des “maisons closes”. La prostitution est interdite au Japon, et même si elle ne se voit pas, la publicité la mentionne à chaque coin de rue. Si on fait abstraction de tout ça, il y a vraiment de quoi faire dans ce coin de Shinjuku, et il ne faut surtout pas hésiter à emprunter les escaliers qui mènent aux sous-sols des immeubles. C’est d’ailleurs dans un bar très rock’n’roll que nous avons passé la meilleure des soirées après une entrée fracassante (je me suis étalée par terre, appareil photo en main, en loupant la marche à l’entrée et sans avoir encore consommé…). Ici, chaque consommation permet de choisir deux morceaux de musique que l’on souhaite passer durant la soirée. On a chanté et ri aux éclats, c’était fun!

Une soirée mémorable à Shinjuku!

Le soir comme en journée, au sud de Shinjuku, nous pouvons observer Tokyo dans toute sa splendeur au Tokyo Metropolitan Government Office. Cet immeuble dont l’observatoire est totalement gratuit offre une vue à 360° sur la ville. On peut même y apercevoir le mont Fuji quand celui-ci n’est pas caché derrière les nuages!

panorama tokyo metropolitan building
Vue depuis Tokyo Metropolitan Government Building
Bonnes adresses à Shinjuku
* Hôtel: 2 nuits en hôtel capsule ; Capsule Hotel Shinjuku, 2 Chome-19-15 Kabukicho, Shinjuku
* Restaurants: 回転寿司 しおん sushi bar, 3-chōme−25 Shinjuku
味八 excellent restaurant de ramen, 7-chōme−1−7 Nishishinjuku
* Bar: Rock Bar Mother, 1-chōme-11-1 Kabukichō, Shinjuku

Le Musée Ghibli

Petite perle de la culture japonaise, mais un peu éloignée de Tokyo, le musée Ghibli est accessible en train depuis la gare de Shinjuku. Il nous a fallu nous y prendre un mois avant notre voyage au Japon pour pouvoir avoir des places – et même un mois avant, à l’ouverture de la billetterie en ligne, nous avons eu les dernières places restantes! Ce musée est un bijou. On y trouve de belles expositions sur tout le travail réalisé par les studios Ghibli lors de la conception d’un animé comme Mon voisin Totoro ou encore Le voyage de Chihiro. Pour réserver vos places, ça se passe ici.

musée ghibli
Musée Ghibli

Il n’y a aucun doute, Tokyo est une ville aux multiples facettes et on aurait encore un tas de choses à découvrir tant elle est immense. Cependant, six jours, c’est déjà très bien pour faire un maximum de choses! Ce qu’on peut vous dire, c’est qu’on a adoré tout ce qu’on a fait là-bas. On avait un peu peur de ne pas apprécier l’immensité de la ville, la foule, les immeubles partout… Mais en fait, Tokyo fut un réel coup de coeur pour nous 5. On ne s’ennuie pas une seconde, et tout est dépaysant! C’est une ville à découvrir au moins une fois dans sa vie, on vous le garantit!

Les photos de Tokyo sont à découvrir juste ici –> Nos photos du Japon

Dans le prochain article, on vous expliquera comment se rendre au Mont Fuji depuis Tokyo, et comment on a bien failli ne jamais y aller… A suivre!

3 thoughts on “Tokyo City Guide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *