Phonsavan et la plaine des jarres

Nous sommes arrivés à Phonsavan le 2 décembre, après huit heures de bus depuis Luang Prabang. On n’avait absolument rien réservé et c’était une assez mauvaise idée. Le 2 Décembre, c’est la fête nationale au Laos, suivie du nouvel an Hmong. Autant vous dire que toutes les guesthouses étaient pleines, et qu’il ne restait pas beaucoup de choix pour se loger. Résultat, nous nous sommes retrouvés dans un hôtel hors budget. Aïe aïe aïe, le porte-monnaie ! Bon, et puisqu’on avait mal commencé, on a continué les dépenses en mangeant au Lao Falang, un restaurant italien topissime (mais toujours hors budget…). Il commence bien, le séjour à Phonsavan. Au fait, pourquoi sommes-nous à Phonsavan ? Parce que c’est la région où se trouve la plaine des jarres, un lieu historique très connu qu’on avait envie de visiter. Nous partons donc explorer ce lieu mystérieux (en scooter, bien sûr!).

La plaine des jarres se trouve à environs 13 kilomètres de la ville. Elle s’étend sur trois sites, chaque site étant payant (entre 10 000 et 15 000 kips). Sur chaque site, on trouve donc ces fameuses jarres, pour la plupart ayant résisté aux bombardements américains pendant la guerre d’Indochine. La légende raconte qu’elle servait autrefois de lieu de crémation. Une première théorie raconte que les corps sans vie étaient brûlés à l’intérieur de la grotte puis, tout ce qui ne brûlait pas (ossements, bijoux, offrandes…) était déposé dans les jarres. La seconde théorie raconte que les corps étaient directement déposés à l’intérieur de celles-ci. 

img_2851

img_2848-hdr

img_2831

img_2845

Beaucoup de bombes datant de la guerre d’Indochine n’ont d’ailleurs pas encore explosé, et sont régulièrement retrouvées dans la région. En se baladant dans la ville, on peut trouver des vestiges de bombes désamorcées, et aussi croiser ce genre de panneau très rassurant : 

img_20161203_083311_hdr

img_20161203_155154_hdr

img_20161204_094834_hdr

A la base, on voulait visiter les trois sites de la plaine des jarres, et puis le premier nous ayant moyennement convaincu, nous n’avons pas poursuivi. En effet, le lieu est intéressant pour son histoire, mais visuellement, cela ne nous a pas emballé. En fait, ce que nous avons préféré, c’est la rencontre les hmongs venus en costumes traditionnels dans la plaine pour faire des photos de famille et célébrer leur nouvel an. Beaucoup nous ont demandé pour prendre des photos avec eux. Résultat, on a passé plus de temps à admirer leurs costumes magnifiques et à se prendre en photo qu’à regarder les jarres, qui finalement nous paraissaient moins importantes. 

img_2810

img_2819

img_2822

img_2863

img_2892

img_2808

Après cela, Nico voulait se rendre au pied du fameux tank russe (qu’on a cherché longtemps, alors qu’il était juste… minuscule et sans intérêt !). Il n’en reste plus grand chose, de ce tank. Et il se trouve maintenant sur une propriété privée. Nous continuons notre route vers la vieille capitale appelée Khoun. Après 50 minutes de route, nous atteignons cet endroit… qui s’avère être plutôt vide. Nous visitons le seul temple de la ville (payant, bien sûr… cela devient une habitude au Laos), puis nous nous rendons à la fameuse stupa. “Mais keskecé une stupa?” demanda Nico tout curieux. Ben on n’en savait rien, donc on est allés voir. C’est un lieu sacré en forme de pyramide (en ruine), et c’était aussi payant. Mais les dames de l’entrée ont été gentilles: voyant qu’on rebroussait le chemin parce qu’on n’avait pas envie de payer pour faire une simple photo, elles nous ont quand même laissés passer. Ouf, une dépense en moins ! 

img_2898

img_2907

img_20161203_145148_hdr

Nous avons ensuite passé la soirée avec les voyageurs formidables Fidy et Sév, du blog Wididitravel, qui font aussi un tour du monde et il se trouve que nous avons le même itinéraire pour les prochains mois. On ne sera pas sans se recroiser et peut-être même qu’on passera les fêtes de fin d’année ensemble 🙂 Un dernier petit plaisir avant de partir pour Vientiane, toujours au Lao Falang où nous avons scouaté le wifi toute la journée pour écrire cet article : 

 

Dans l’ensemble, Phonsavan ne nous a pas tellement marqués, mais la rencontre avec les hmongs a été un pur bonheur, et c’était génial de se trouver là à ce moment précis de leur calendrier. Parfois, la chance nous sourit là où on l’attendait le moins.

 

2 thoughts on “Phonsavan et la plaine des jarres

  1. Coucou les amis! Trop happy de vous lire et merci pour la dédicace lol!
    On espère vous revoir très vite peut-être déjà dans le sud du Laos!
    Bisous de Luang Prabang
    PS: pas un seul vomito dans le minibus et la route était super belle! 😉

    1. Coucou les amoureux! Contente que le trajet se soit bien passé. Nous, nous sommes bien arrivés à Vientiane. Le bus de nuit c’était cool, et le vomito ça a failli être moi… Bref, on passera par Thakhek ensuite, puis plateau des bolovens et enfin les 4000 îles. A très vite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *