Ce qu’on ne dit pas du voyage

Aujourd’hui, j’avais envie de bavarder avec vous sur certains points. Cela fait désormais huit mois que nous sommes partis, que nous avons quitté Nancy, que nous avons dit au-revoir à nos familles, à nos amis. Que notre ami Benjamin nous a emmené à l’aéroport de Paris Charles De Gaulle. Et que l’on s’est envolés pour New York.  Huit mois que nous traversons le monde. Pour certains voyageurs, huit mois ne représentent que la moitié de leur voyage. Pour nous, c’est bientôt la fin. Pour le mois qu’il nous reste, nous avons troqué nos envies de Russie pour nous rendre à Taiwan, puis aux Philippines, histoire de déconnecter un peu avant que Nico ne reprenne le travail. Aujourd’hui, je vais vous parler de tout ce que nous ne disons pas de ce qu’il se passe en voyage, car derrière les jolies photos que l’on vous montre, et les récits qu’on vous raconte, il y a quelques petits détails à ne pas oublier.

Voyager, même si nous ne sommes pas organisés au point d’avoir tracé un itinéraire très précis, d’avoir réservé tous nos hôtels en avance, ou autre… demande quand même pas mal de préparation. Nous passons au moins une à deux heures par jour à se demander ce qu’on fera le lendemain et à “préparer la suite du voyage”. Cela signifie qu’on passe quand même pas mal de temps sur notre ordinateur ou nos téléphones à chercher des informations. Et étant actuellement en Chine, on peut vous dire que ça prend beaucoup plus de temps que nécessaire, car le pays bloque énormément de sites et nous passons (surtout moi) beaucoup plus de temps à pester sur nos téléphones qu’à réellement chercher des infos. 

Quand on voyage, il faut compter aussi énormément de jours de transit d’une ville à l’autre ; d’un pays à l’autre, et les heures de transport s’accumulent ! Rien qu’en Chine, nous en sommes à plus de 120 heures de train ! Même si nous prenons des trains de nuit pour économiser une nuit d’hôtel, et ne pas perdre de journée, ces trajets sont fatigants car ce ne sont pas de vraies bonnes nuits de sommeil. Nous passons un bon tiers de notre temps dans les transports, et ça, il ne faut pas l’oublier quand on prépare un voyage.

Nous changeons d’hébergement en moyenne tous les 2 ou 3 jours, il faut savoir être “efficace”: ne pas trop “s’étaler” et vider toutes nos affaires de nos sacs. Prévoir de passer du temps à chercher un logement avec les sacs-à-dos sur le dos, dans une ville que l’on ne connait pas, parfois s’acquérir d’un logement miteux, qui sent le moisi, parce que c’est le seul dans notre budget, ou parfois se dire que tant pis, on “explose” le budget, parce que c’est un logement dans lequel on sera bien. En parlant de budget, celui-ci est constamment dans nos têtes quand on voyage. Chaque soir, en rentrant d’une longue journée, nous avons notre petite routine: on fait les comptes de la journée, on vérifie que notre budget journalier soit dans nos objectifs de départ, et on regarde ce qu’il nous reste pour la suite. Puis, on stocke les photos du jour (nous avons deux appareils photos, deux téléphones, et depuis peu, une caméra), et on fait des sauvegardes. Enfin, on parle de ce qu’on fera le lendemain, et on s’organise un peu: quel métro faudra-t-il prendre ? A quelle heure est-il judicieux d’arriver ? …. Mine de rien, cela prend du temps. Parfois on n’a pas envie de faire tout ça, on a juste envie de se faufiler sous une couette bien molletonnée et de s’endormir, ou juste regarder un film comme à la maison…

On ne vous parle pas des coups d’éclats, des clashs entre nous, quand la fatigue se fait ressentir. Vivre 24h sur 24 ensemble, ce n’est pas toujours facile. On ne peut pas non plus être d’accord sur tout, même quand il s’agit de loisirs et de voyage ! Je pense sincèrement que ce n’est pas donné à tous les couples de voyager aussi longtemps ensemble. Il faut se dire qu’aucun de nous n’aura “sa bulle” dans laquelle se réfugier, qu’il n’y aura pas d’autres pièces que la chambre où aller si on n’a pas envie de se parle ou de se voir. En voyage, nous ne faisons qu’un, et fort heureusement, Nico et moi aimons les mêmes choses, et sommes toujours à peu près d’accord sur ce que nous avons pensé de tel ou tel musée, monument, endroit… etc. Mais si vous partez en couple, prenez bien tout ça en compte. Le voyage n’est pas tout rose tout le temps.

On ne parle pas non plus du manque, car je ne sais pas si c’est le cas de tout le monde, mais plus je suis loin des gens que j’aime, et plus ils me manquent. Huit mois que nous n’avons pas vu nos familles et nos amis (c’est totalement faux, Papa et Maman Louvel sont venus nous voir, et ça nous a fait du bien de voir des visages si familiers). Huit mois que nous ne faisons que des rencontres “éphémères”. Et depuis que nous sommes en Chine, nous ne rencontrons quasiment plus de voyageurs. C’est plus difficile pour moi que pour Nico, de gérer ce manque. J’aimerais les voir tous pour leur raconter tout ce qu’on vit ! Mais je vais devoir attendre le retour.

D’ailleurs le retour, c’est dans un mois. Et même si le manque est présent et que la fatigue se fait ressentir après huit mois, je ne sais pas si j’ai réellement envie de rentrer. J’aimerais continuer à voyager encore et encore, car ce voyage est ce que j’ai vécu de plus beau de toute ma vie. Le retour va être constitué de gros changements: une nouvelle ville, un nouvel appartement, une vie professionnelle qui va continuer pour Nico, et qui sera toute nouvelle pour moi. En réalité j’appréhende beaucoup ce retour à la réalité. Et j’entends déjà la fameuse question que tout le monde me posera: “et maintenant, tu vas faire quoi?”. 

J’ai plein de projets ; NOUS avons plein de projets, plein d’envies mais tout se fera au fur et à mesure. On continuera à travailler sur ce blog, qui prend de plus en plus d’importance pour nous, on continuera à voyager, à vous emmener avec nous par procuration. On a envie de voyages entre amis, en famille, pas seulement tous les deux. Là tout de suite, ce dont je rêve, c’est un bon repas de chez nous (une fondue savoyarde, une blanquette de veau à la crème…), retrouver ceux que j’aime, et parler avec eux de ce voyage extraordinaire. Mais j’ai aussi envie de profiter du mois qu’il nous reste à parcourir le monde ! Direction donc Taiwan pour trois semaines, les îles de Malapascua et de Siquijor aux Philippines pour deux petites semaines au soleil, et enfin, la jolie ville de Gent, en Belgique, où je retrouverai ma petite soeur !

Bises de Shanghai ! 

7 thoughts on “Ce qu’on ne dit pas du voyage

  1. Courage! Ou alors profitez encore et encore! Car même si voyager demande de l’organisation et de la ressource (budget, debrouillardise, capacité d’adaptation) c’est réelleme’t une chance qui nous a été donnée (ou plutôt qu’on s’est donnée par nos propres moyens) .
    On vous embrasse fort en espérant vous revoir en France cet été peut-être!

    1. Coucou ! Merci pour ton commentaire ! Et oui, le voyage est un bel apprentissage, et on est vraiment heureux de s’être donné cette chance. Ça me paraît important d’informer les gens qui nous suivent que c’est loin d’être facile tous les jours. Vous serez en France cet été ? À Paris ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *