Road trip en Andalousie #4: De Gibraltar à Grenade

Bienvenue dans le quatrième épisode de la série “Road Trip en Andalousie”! Cette fois-ci nous partons à la découverte Gibraltar et entamons ensuite notre remontée vers Grenade! Dans cet article nous allons vous parler de notre belle randonnée sur l’Upper Rock, puis de notre périple de Ronda jusqu’à Grenade en passant par le sublime village de Setenil de Las Bodegas. Prenez vos sacs à dos, le départ est imminent…  

Bon, on ne va pas se mentir, l’histoire territoriale de G I B R A L T A R est complexe, alors on préfère aller au plus simple: c’est un territoire d’outre-mer situé sur le sol espagnol, en Andalousie, sur la pointe de la péninsule ibérique – mais il appartient au Royaume-Uni (contre la volonté des espagnols). Gibraltar est donc une ville anglaise et sa monnaie n’est autre que la livre de Gibraltar. On connait bien-sûr le fameux détroit de Gibraltar, point où se rejoignent l’Océan Atlantique et la mer Méditerranée. Le centre historique est situé au pied du célèbre rocher de Gibraltar sur lequel on peut monter pour prendre de la hauteur et apercevoir le continent africain. Une découverte intéressante donc, que nous nous empressons d’aller explorer.

Gibraltar: l’ascension de l’Upper Rock

Nous passons la frontière juste avant 10h du matin, (pas trop tôt, donc). Un bon créneau hors saison pour éviter les travailleurs frontaliers qui s’y rendent chaque jour. Nous montrons nos cartes d’identité au douanier, tout se passe bien mais impossible de trouver une place de parking en ville. Nous nous rabattons vers le parking payant du centre commercial international qui donne directement sur Irish Street, lieu de départ pour l’Upper Rock. Deux choix s’offrent à nous: prendre le téléphérique ou monter à pied jusqu’en haut du rocher. La décision était prise depuis longtemps: ce sera à pied que nous gravirons le rock! Nous montons les premières marches qui traversent une partie du vieux centre: le moment de la randonnée le plus difficile selon nous, car c’est assez raide! Mais nous ne nous laissons pas décourager pour autant et avançons au gré des peintures de rue absolument sublimes!

Une fois arrivés à l’entrée de la réserve naturelle de Gibraltar, nous nous retrouvons devant une barrière électrique (qui se trouve sur la route accessible aux voitures autorisées à monter en haut du rocher). Un guichetier nous accueille et nous demande si nous allons visiter les monuments anciens qui se trouvent sur l’Upper Rock (comme par exemple la tour de l’hommage ou les tunnels). Il faut savoir que sur le rocher a été construit un fort il y a de cela 1300 ans! Chaque visite est payante, mais nous ne sommes pas venus dans ce but donc nous payons simplement 1€ symbolique pour entrer dans la réserve. Il y a 4 sentiers possibles, à des niveaux de difficulté différents. Nous choisissons le sentier pédestre “Nature Lovers” (facile, et passant par la forêt).

Nous découvrons un sympathique chemin encore humide des pluies de la veille. La floraison est timide, mais elle commence doucement. Le ciel se couvre petit à petit sur Gibraltar. Nous subissons deux ou trois petites averses, mais rien de bien méchant. Hélas, la balade en pleine nature ne dure pas très longtemps: très vite, nous nous retrouvons sur la route goudronnée que les professionnels du tourisme empruntent pour emmener leurs groupes. Cela devient dangereux pour les randonneurs, et nous n’avons que moyennement apprécié cette partie de la promenade.

A l’arrivée, nous découvrons que le skywalk, sentier idéal pour se rendre sur le fameux pont suspendu, puis au sommet du rocher, est fermé. Nous sommes donc obligés de continuer par la route, comme le font les chauffeurs. Nous croisons les célèbres habitants du rocher: les singes, bien-sûr! Il sont environ 250 à y vivre. D’ailleurs, ils sont très malins, et à la limite de l’agressivité parfois, donc faîtes attention: l’un d’entre-eux a sauté sur le dos de Nico et a carrément ouvert son sac à dos! J’avais tellement peur de me faire mordre que j’ai eu bien du mal à le faire fuir. Ce sont des petits voleurs donc nous n’avons même pas sorti la caméra pour les filmer (oui, on est un peu matérialiste sur les bords, on tient à notre matos). Non plus sérieusement, on râle, mais le touriste récolte ce qu’il sème! Il y a quelques années, il était possible de payer pour nourrir les singes, qui s’y sont habitués malheureusement. Ce qu’ils veulent, c’est à manger!

Nous continuons donc l’ascension par la route et atteignons le point de vue au sommet du rocher. Le temps est couvert côté Afrique, donc nous distinguons difficilement le Maroc. De l’autre côté, nous pouvons admirer ce que nous avons gravi: l’Upper Rock dans toute sa splendeur! Il nous aura fallu environs 4 heures de marche en tout pour monter et descendre ce fameux rocher (en comptant les pauses photos et reprise de souffle). 

Gibraltar, un attrape-touriste?!

Bien que nous ayons apprécié la balade, on n’a pas vraiment aimé Gibraltar. Premièrement parce que les espagnols se battent pour y obtenir l’indépendance depuis des décennies. Mais aussi parce que leur monnaie, c’est une grosse arnaque! Chaque commerçant a son propre taux de change. En voulant payer notre fameux parking, nous nous rendons compte que l’automate ne prend pas la carte bleue. Mmh… Ah bon? Nous pouvons donc payer en €, mais il ne rend pas non plus la monnaie… AH BON ? Heureusement, Jacky, le mec du parking, peut nous rendre la monnaie, lui! Mais attention: son taux de change à lui, ce n’est pas le taux de change réel, mais celui qu’il a choisi! Nous avons donc dû payer 3€ de plus que si nous avions eu de la monnaie locale sur nous. C’est balo, non? Ça nous a surtout mis en rogne, mais bon, c’est ainsi, dans les zones touristiques! 

Enfin, c’est quand même un grand luxe: Gibraltar, c’est le seul endroit en Espagne où tu peux voir des cabines téléphoniques rouges ET manger un fish’n’chips à tous les coins de rue!

Le pont de Ronda 

Le lendemain, nous prenons la direction de Grenade, mais quelques arrêts sont prévus en route. Tout d’abord nous nous rendons à Ronda, un village perché sur un pont… Non, non! On ne plaisante pas! Et puis si vous ne nous croyez pas, regardez par vous-même!

Bon, pour être plus clairs, Ronda est une ville fortifiée située dans la province de Malaga. Elle est littéralement coupée en deux par le Pont Neuf, un colosse d’architecture qui surplombe les gorges du Tajo. Il y a un point de vue sur les gorges depuis le centre-ville: des escaliers au niveau de la plaza de Maria Auxiliadora nous permettent de descendre jusqu’à lui, et la vue est tout simplement spectaculaire!

Nous avons pu en profiter juste avant la pluie. Au moment où nous commencions à remonter dans le centre-ville, une averse s’est abattue sur nous, et ce n’était pas de la petite pluie! Réfugiés dans un restaurant sans intérêt, nous avons attendu qu’elle passe avant de reprendre la route… sans succès. Il pleuvait toujours autant quand nous avons décidé de partir en direction de la réserve naturelle de Zahara (à ne pas confondre avec le désert… OUI c’était NUL!). Impossible d’ailleurs de sortir le nez de la voiture, et malheureusement, aucun arrêt n’était possible autour du lac, ce qui nous a un peu frustré. Ceci dit, quand il fait beau, ça doit être agréable de se trouver un coin pique-nique dans cet endroit!

Setenil de Las Bodegas

On continue notre route vers Grenade en passant par Setenil de las Bodegas, un petit village atypique où les habitations ont été construites sous des parois rocheuses. Cela donne un charme incomparable à ce lieu devenu très touristique. Toujours sous la pluie, nous nous sommes baladés un peu à travers les petites ruelles sans trouver grand intérêt au lieu avant de prendre la route à nouveau, cette fois-ci pour notre destination suivante: Grenade.

L’arrivée à Grenade (enfin!)

Cette journée pluvieuse et éprouvante se termine, nous arrivons à Grenade chez ma sœur qui avait préparé des pancakes pour notre arrivée! Nous avons prévu de passer trois jours dans cette jolie ville, mais la météo ne s’annonce guère clémente. Suite de nos aventures au prochain épisode dimanche prochain!

Infos pratiques

Logement
La veille de notre rando à Gibraltar, nous avons dormi chez JH pour 20€/nuit.

* N’hésitez pas à nous demander un code parrainage pour bénéficier d’une réduction de 24€ sur votre première réservation sur le site https://www.airbnb.fr/ *

Se rendre à Gibraltar
* En voiture: Passer la frontière, et garez-vous sur le parking du centre commercial international.
ATTENTION: paiement en espèces uniquement (et de préférence en livres).
* A Pied: vous êtes un peu fou parce que ça fait une trotte, mais il est possible de laisser la voiture avant la frontière et de la passer à pied.

Activités
Upper Rock: 1€ l’entrée dans la réserve naturelle.  

Où manger?
A Gibraltar: chez Roy’s FishNchips. Ils sont sympas, et c’est pas trop mal.
A Ronda: Là où nous avons mangé, c’était pas terrible, alors on ne sait pas!
A Setenil de Las Bodegas: Prendre un goûter à la Cafeteria Capry. Toutes les pâtisseries sont à 2€, et c’est un régal.

8 thoughts on “Road trip en Andalousie #4: De Gibraltar à Grenade

  1. coucou
    en voyant l’assiette qu’Elise allait déguster
    moi j ai pensé a la fameuse tortilla espagnole ….mais c’était dans les années 60….
    a bientôt bisou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *